mardi, mai 30, 2017

Avec des fleurs

avec des fleurs rencontrées - grâces soient rendues aux fleuristes de la ville - pour sourire à ma journée dans le bleu
sur mon chemin matin, quand suis allée acheter un successeur au fer à repasser que j'avais mis hors d'état samedi matin - juste ce qu'il fallait pour échapper au programme fixé pendant ce week-end (restent des housses de vêtures anciennes à trier et défriper)...
sur mon chemin, dans l'après-midi vers petit toubib pour renouveler ordonnance et éviter ces sacrés petites misères qui m'enquiquinent ces temps-ci
et pour vous remercier, comme peuvent, d'être venus perdre votre temps ici, des fleurs encore, gentillettes et modestes...

Petit toubib était relativement content de moi, mais en repartant, sous le ciel qui se voilait, un peu après sept heures, je me faisais, moi, du mauvais sang pour lui et son amaigrissement...

7 commentaires:

Claudine a dit…

Merci pour ces brassées de fleurs

brigitte celerier a dit…

merci : c'est un peu le degré zéro du billet...

Dominique Hasselmann a dit…

Mais non, la revue florale se respire à distance : les paysagistes sont de ssages !

brigitte celerier a dit…

et les fleurs peuvent remplacer les pensées (autres) même si elles sont périssables

Arlette A a dit…

Mais elle est ici ..la belle campagne

jeandler a dit…

De rhétoriques ou non, toujours le dire avec des fleurs.

brigitte celerier a dit…

Arlette, la grand mode les fleurs des champs en ville (et je trouve que les jardiniers de la ville sont assez doués pour créer des minuscules paysages, faute d'avoir accès aux vrais)

Pierre c'est de la rhétorique pauvre ...