vendredi, mai 05, 2017

Les petits malheurs de Brigetoun, se réfugier au pôle bois

La cour était toute poudreuse ce matin autour du percement en attente de finitions, cette lucarne donnant directement sur cour et antre (vérifié avec propriétaire pour lui comme pour moi qu'un engagement était pris pour un châssis fixe à vitre translucide)
Me restait un peu de l'abattement devant le débat d'hier (que m'injuriant contre ma stupidité j'ai continué à regarder, tétanisée par la honte)...
Un moment de bleu a précédé la pluie... l'ouvrier extérieur a persévéré dans le petit crachin après avoir capelé un ciré... sont arrivés au moment où peuvent passer par le trou et n'ont plus besoin de moi.
Ai nettoyé sommairement mon sol, ai fait repassage avec l'énergie rageuse gagnée hier... ai frotté deux meubles
et puis, crevée, ai attendu visite du propriétaire en bricolant un diaporama-vidéo avec les photos de mon errance dans la cour, déserte le samedi, du pôle bois de Marvejols..
Le dit pôle bois est un ESAT qui est une réussite bien installée dans la région, qui comprend des ateliers de débitage-écorçage, fabrication d'emballages légers, d'emballages lourds ou palettes, menuiserie, fabrication et découpe de bois de chauffage, montage de fermettes... qui fabrique caisse glissière thermo, caisse glissière guillotine, caisse glissière avec séparation fixe, caisse glissière avec keyes, caisse à clouer, caisse emballage, caisse de transport, caisse mignonette, valise, tonnelet, malle 5 pans, faux livre, pétrin, garde-manger, écritoire, boîte à mouchoirs, caisse emballage type Beans, caisse Beans, casier à bouteilles, panier le Lozère, panière, panier à bière, présentoir grande distribution, présentoir à étages, mini-présentoir cosmétique, planche à découper, mini palette, planchon, cendrier, jardinière, poubelle, k-lumet, bois énergie en palette, en vrac, allume-feu, filet de bûches, palettes avec dossier, sur chevron, à deux entrées, à quatre entrées, écornée en planches, spécifique, fermette pour charpente, planche déroulée, tête de cagette en peuplier, tête de cagette en pin. http://fr.calameo.com/read/0040166895b3488570db4
Et puis, au moment de me mettre à table après le passage du propriétaire qui m'avait emprunté une serpillère pour une fuite dans un des deux étages supérieurs, j'ai constaté que je n'avais plus d'eau... l'ai joint par téléphone, s'est excusé, avait coupé pensait-il juste un appartement, m'a indiqué comment la rétablir sauf que mes petites mains ne pouvaient pas... ai bu mon fond de cafetière... les ouvriers sont revenus, ont tourné le levier adéquat, l'eau est revenue et depuis le robinet de mon évier goutte de façon exaspérante.
L'ai ignoré, et m'en suis allée charrier les deux derniers manteaux, une jupe, un pantalon et des draps pour profiter de ma liberté.. Le ciel se déchirait avec quelques hésitations, l'air était à nouveau presque doux... et j'ai eu un plombier... parce qu'il était venu déboucher, en passant dans ma cour (j'aurais pu organiser une ribote) l'évacuation de la terrasse du dessus.
Voilà. J'ai dit à mon sens de l'humour de se reposer.


7 commentaires:

Claudine a dit…

Un New-York en bois

brigitte celerier a dit…

je n'étais pas sure de la ville

Dominique Hasselmann a dit…

Mieux vaut la visite à un Pôle bois que chez Pôle emploi ! :-)

brigitte celerier a dit…

le fait est que je crois que ça donne travail à pas mal d'handicapés et laissés pour compte - quant à moi suis inemployable depuis longtemps

jeandler a dit…

Les malheurs de Sophie en trois-quatre épisodes, au goutte à goutte.

brigitte celerier a dit…

ne vais pas faire concours de longueur avec elle !

tanette2 a dit…

J'emprunte ton expression si justifiée à l'écoute du débat dont je n'ai vu que 10 mn (amplement suffisant) vers la fin... : "tétanisée par la honte..."