jeudi, mai 18, 2017

Un éléphant et ses compagnons dans notre printemps estival

en quelques images et quelques mots
le ciel bleu profond,
pierres et sol, tout ce vert
qui s'y invite...
ai cheminé dans l'air chaud
dans cette annonce d'été
en chemin ai rendu visite, brièvement, à l'éléphant - n'en avons qu'un, ici... l'était couché, comme en prière, lui ai assuré que le gardions pour un temps limité -
sous la garde d'une tête aux pensées légères et d'un antique monstre pour l'ancrer dans notre terre,
entouré par sa cour de guerrier, hommes solennels et, en retrait, femmes dignes et jeunes filles,
sous le regard des masques funéraires qui semblent de comédie ou de tragédie ...
Ai cueilli en partant un peu de grâce simple et pensive pour m'accompagner.

(l'éléphant d'Andriès Botha au Musé lapidaire http://www.musee-lapidaire.org/ )

3 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Il est vrai que ceux du PS ont disparu, comme les dinosaures : l'utilité d'un musée apparaît clairement !

Claudine a dit…

Quelle grâce, c'est vrai, dans la pierre, le bois et le fil de métal.

brigitte celerier a dit…

Dominique, le gouvernement en a tout de même recyclé deux de belles tailles : Collomb et Le Drian
je pensais justement à leur côté insubmersible

Claudine, pour moi c'était surtout dans le geste de la femme sur la stèle à la fin