mardi, juin 20, 2017

à l'économie

les rues s'éveillaient
avant la grande chaleur -
le poids de huit draps -
ai rencontré un ami
croisé troupeaux touristes
en marchant dans la rue, confiante en la prudence bienveillante des autos, et puis ai vécu au minimum parce que tel était mon plaisir.

Pitié et pensées pour les morts de la moderne tour de Londres, pour les victimes mortes ou terrorisées du Portugal, pour les attentats de Londres à nouveau, de Bamako, de partout, passés et à venir, pour les errants de Calais et d'ailleurs (et pour les battus, ou du moins certains, de nos mirifiques législatives) 

5 commentaires:

Arlette A a dit…

Oui !!! Pitié pour eux et le monde qui bascule

brigitte celerier a dit…

pitié pour ceux qu'ils représentaient plus ou moins bien

Godart a dit…

Pensées bienveillantes et bienvenues. Et qui sait ? Le poids de ses pensées communes peuvent faire pencher l'équilibre de l'univers vers un monde si ce n'est plus juste, au moins plus humain.

brigitte celerier a dit…

on peut au moins le tenter et se faire du bien (à condition de ne pas être bienveillants à ceux qui mettent en oeuvre les égoïsmes)

Claudine a dit…

un ami sur le chemin, c'est le gros lot