vendredi, août 25, 2017

Jeudi en haïkus

traces d'averse
humer la terre mouillée
café en main
petites douleurs
en douce maussaderie
le poids s'installe
quête d'idées et mots
indécis qui s'efface
dans un accord bleu
la lumière et le bleu sont revenus en début d'après-midi, et j'ai rouvert le fichier où j'avais installé le narrateur de ma tentative de participation au #5 de l'atelier d'été de François Bon, http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article4463, des nuages sont passés, et pendant que je cherchais à retrouver l'auteur que j'avais entraperçu et qui avait entraîné le choix de ce narrateur, suis retournée vers les textes publiés http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article4464 pour lire le 4ème, en espérant qu'il m'impressionnerait moins que les trois premiers... ils étaient six maintenant, en lecture copieuse, pendant que de beaux gros nuages passaient, et un peu après qu'ils aient disparu, et ma foi cela n'a pas diminué la certitude que ne suis pas, surtout en ce moment, à la hauteur... ai négligé, ai voulu aborder mon très discret auteur, mais l'est si discret que se dissimule, prend la fuite... ai refermé fichier pour un jour meilleur sans trop y croire.

5 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Normal que l'auteur fictif, chez François Bon, se dérobe : voilà donc le sujet tout trouvé !!!

brigitte celerier a dit…

pense plutôt à un retrait général - bon faut que je prenne des vitamines

Marie-christine Grimard a dit…

Quelques mots rebelles
Que vous apprivoiserez
Pour un beau portrait

brigitte celerier a dit…

un jour peut-être
mais pas très armée pour :
a) savoir ce qui fait l'écriture
b) prendre regard et trouver mots d'un critique

Arlette A a dit…

Ton esprit veille ..tout doucement et tu sais que tout revient le moment venu Miracle de la Vie