lundi, novembre 13, 2017

Retour de la musique dans la grande chapelle

Matin se laver les cheveux, quelques pas dans la cour pour savourer le bleu pur et la très légère remontée de la température (relativement) dernière pause avant de reprendre rudement la descente dans l'hiver
cuisine, déjeuner, etc...
et vers seize heures remplacer jean par pantalon de lainage, gros pull camionneur par quelque chose de plus urbain, prendre manteau, bonnet et monter, sous un ciel que les nuages commencent à coloniser,
vers la place du palais
une très longue attente en troupeau en haut de l'escalier devant le portail, et, en évitant de se bousculer comme des barbares, retrouver la grande chapelle, construite par Jean de Loubières pour Pierre Roger, Clément VI (qui me fascine https://fr.wikipedia.org/wiki/Cl%C3%A9ment_VI et le passionnant livre d'Etienne Anheim Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIVe siècle)
pour un programme de musique profane cette fois avec l'ensemble De Caelis, quatre dames en noir, dans leur programme douce playsance http://www.decaelis.fr/fr/programmes/ (Laurence Brisset – direction voix et organetto – Estelle Nadeau, Caroline Tarrit et Eugénie de Mey) accompagnées par Julien Ferrando au clavicytherium, ce qui souvent m'a gênée, les voix se suffisant... et les quelques airs qui étaient vraiment a capella y trouvant plus grande beauté et force... Par contre plaisir des quelques pièces instrumentales et d'airs où le clavier se bornait à un soutien dansant.
Au tournant du XIVe et du XVe siècles, les cours d’Avignon et d’Italie du nord réunissent de brillants cénacles où se distinguent les plus grands musiciens. Il était alors d’usage de chanter et de jouer des instruments de musique, surtout parmi les dames. Les musiciens cisèlent une « orfèvrerie » musicale, faite de jeu, d’art du détour, inventent des combinaisons réjouissantes et excentriques..
Les pièces du programme proviennent du Codex Chantilly, l’une des plus riches collections de musique française du XIVe siècle, du Codex Squarcialupi, composé à Florence au début du XVe siècle contenant de la musique du XIVe siècle italien, et du Codex Faenza, copié au début du XVe siècle, qui présente l'une des plus anciennes collections de musique pour clavier.
Programme comportant deux ballades, un rondeau et une chanson de Guillaume de Machaut, des ballades de Solage, Grimace et de Philipot de Caserta, une double ballade de François Andrieu sur un poème d'Eustache Deschamps, des virelais de Jacob de Selenches et Boriet, un madrigal de Francesco Landini, et deux pièces instrumentales (anonyme et Landini)
salut, la ballade Riches d'amour de Machaut en bis, salut final des artistes
et, en ce qui me concerne, saluer la nuit déjà tombée depuis la grande fenêtre, un vieil ami sous la voute de l'escalier, le mur en toute sa hauteur tel qu'on ne le voit pas pendant le festival (la scène arrive au niveau de la naissance des arcades) et retour vers l'antre...
Le matin, pendant que mes cheveux séchaient ai fait une petite recherche, et retenu, sans savoir si ce serait au programme, et par d'autres interprètes,
du Codex Chantilly https://fr.wikipedia.org/wiki/Codex_Chantilly , la harpe de mélodie de Jacob de Selenches (le virelai que nous avons entendu)
du Codex Faenza, A discort sont Desir et Esperance
et pour entendre les dames (dans une formation de cinq chanteuses, un motet du XIVe siècle, Ave miles
et, toujours dans cette même formation, parce qu'elles fréquentent aussi des compositeurs contemporains, un extrait de la chanson de Guillaume d'Aquitaine de Philippe Hersant


6 commentaires:

Claudine a dit…

Je me frotte les mains dans la perspective d'écouter le contenu de ces vidéos. Magnifiques photos

Dominique Hasselmann a dit…

Embarquement pour clavicithérium...

C'est bien de terminer par Philippe Hersant, la musique contemporaine s'évase aussi dans les architectures anciennes.

brigitte celerier a dit…

merci à toi

brigitte celerier a dit…

Dominique, l'ai trouvé un peu trop présent parfois dans ces airs là le clavicithérium - mais charmant tout de même

jeandler a dit…

Une belle soirée et une bien belle illustration tant musicale qu'en images. Merci.

Arlette A a dit…

Les voix sous les voûtes un régal et tes images