vendredi, mars 02, 2018

dans l'attente du doux printemps

premier jour de mars
est mort le vent de glace
neige fut idée
mais nos rues en souvenir
sont trempées, mornes, gelées
Brigetoun, à l'unisson, se fouette pour trouver allégresse, passés les coups de téléphone en navrance rieuse avec la famiglia, et se berce de chansons venues du fond des temps et de musique de la renaissance.

J'ai eu envie de répondre à la proposition de l'atelier de Pierre Ménard, le portrait, la mémoire et l'identité http://www.liminaire.fr/entre-les-lignes/article/le-portrait-la-memoire-et-l et j'ai commencé à choisir une série de photos, quand j'ai réalisé que j'avais sauté la fin, la seconde partie, qui nous demande de prendre des photos, une série de portraits, ce qui m'est ma foi impossible n'ayant à ma disposition aucune personne dont je puisse, avec ou sans son accord, faire un portrait (et pour ceux que j'ai, familaux) leur diffusion est interdite.. alors tant pis... pas grave comme disent les gosses.

5 commentaires:

Claudine a dit…

Il reste à faire le portrait de toutes vos amies les gargouilles, libres de droits

Dominique Hasselmann a dit…

Oui, ll y a portrait et portrait.

Par exemple, le portrait intérieur : vous en faites chaque jour !

Et puis, les "ateliers", vous pouvez faire grève de temps en temps...

brigitte celerier a dit…

m'a valu le plaisir d'une promenade dans un fichier regroupant des photos familiales et donc interdites de publication...

Arlette A a dit…

Et une peinture ???Cela ne compte pas ou un dessin ou un de tes prestigieux macarons

brigitte celerier a dit…

non ça doit être une photo pour être en relation avec le texte décrivant des photos, illustration du regard… tant pis, pas grave, m'a tenue un moment