mardi, mars 27, 2018

Ruminer

Pendant que la vieille carcasse met deux heures pour retrouver un fonctionnement normal, dans les vieux muscles, les vieux os et les organes fatigués ou perdus, il y a la Brigetoun de huit ans, qui a pris un air adulte, cheveux courts et bonnes joues de petite bretonne, qui va quitter le beurre salé et ses amis d'un an, qui se penche, se souvient de la rêveuse d'il y a si longtemps – quand elle avait un peu plus de sept ans et pas encore l'âge de raison qu'elle s'efforce de croire sien - et qui installe durablement, quelque part en elle, avec le goémon entre les rangées de laitues du jardin et un brouillamini de sensations, une histoire dont elle ne sait plus si elle est réelle, platement réelle, ou trace des récits devenues légendaires, de l'esprit de ce pays qu'elle découvrait, qu'elle va quitter.
Revenue à ses soixante seize ans et demi, pense que, au moins, elle est arrivée à reconstituer les dates, le mystère restant intact, et va faire la cuisine.

Et puis dans l'après-midi, sous un ciel bleu sans violence, dans un vent vivifiant, m'en suis allée dans la ville, faire quelques achats utiles et quelques sottises sans gravité, laissant dormir les différentes intentions de petits textes.

16 commentaires:

casabotha a dit…

Si vous me permettez de parler avec carcasse pour qu'elle ne laisse pas trop de champ à la mémoire.

brigitte celerier a dit…

la mémoire du crâne elle st nulle, celle de carcasse elle est tenace

casabotha a dit…

Crâne vs carcasse, c'est crâne qui gagne ?

Dominique Hasselmann a dit…

la mémoire est un pêle-mêle qui doit être secoué de temps en temps, comme vous le faites avec art.

brigitte celerier a dit…

n'ai guère le talent de la mémoire, alors je me soupçonne toujours un peu (influence d'une de mes soeurs plus jeune qui prétend toujours corriger mes souvenirs, y compris quand elle n'était pas là !) me soupçonne un peu d'y palier par un brin d'imagination...

Claudine a dit…

reconstituer, c'est le mot juste, mais il s'applique à soi et non aux souvenirs
les sœurs ne sont pas toujours fiables contrairement à eux

brigitte celerier a dit…

le pire c'est qu'elle a (mais pas toujours) souvent raison (sourire)

Arlette A a dit…

Mémoire infidèle mais juste pour soi pour cheminer jusqu'au bout de ses rêves

brigitte celerier a dit…

exactement, Arlette

Godart a dit…

J'aime ces photos, j'y lis une grande détermination, ce qui est paradoxalement existentialiste.

brigitte celerier a dit…

peut-être pas si paradoxalement

ana nb a dit…



je suis fascinée par l'enfance que gardent certains regards - elles sont belles tes photos !

jeandler a dit…

La mémoire, peut-on y faire le ménage de printemps ?

brigitte celerier a dit…

le problème est que la mémoire est une amie infidèle et qu'il ne nous reste parfois pas grand chose pour vérifier la véracité de ce qu'elle contient… le faut-il d'ailleurs ou conserver ce qu'elle et nous nous avons fait de ce réel d'antan

Anonyme a dit…

Ces photos en noir et blanc sont superbes, beau regard expressif sur la plus récente, et vous voir toute petite me fait esquisser un sourire.
Beaucoup de retard de lecture chez vous... Le printemps arrive ENFIN en Lozère :-)
Beau week-end Brigetoun

Flore

brigitte celerier a dit…

merci, je regrette bien de ne plus être celle d'en bas