mardi, avril 24, 2018

en portant linge


la vie avance
dans un éblouissement
des taches sombres
où entrons tendus d'espoirs
que savons illusoires
Nos murs se dressent
vers un ciel de lumière
un bleu arrogant
des voiles sont venus au fil des heures.

2 commentaires:

casabotha a dit…

Je suis Carcasse entre le soleil, le ciel, l'art, la résistance.

Claudine a dit…

Ombres portées par les conjurés*
*vocabulaire que j'ai redécouvert en lisant l'ancien ambassadeur Michel Raimbaud, Tempête sur le grand Moyen-Orient