jeudi, mai 10, 2018

Ai failli le manquer et les ai loupées

Comme il faisait quasiment beau, comme j'avais découvert dimanche que se tenaient depuis le 23 mars (mais jusqu'au 10 juin) deux expositions jumelles, en partenariat avec la bibliothèque Jacques Doucet et avec la complicité de Marie-Claude Char, consacrées à René Char «l'homme qui marche dans un rayon de soleil http://www.avignon.fr/fileadmin/actualites/Documents/Interne/renechar.pdf, avec, au Musée Angladon (collection Jacques Doucet) des manuscrits et imprimés précieux (avec des brouillons, des manuscrits calligraphiés et enluminés) et, en face, à la bibliothèque Ceccano, outre des originaux édités par PAB et des galets peints, une exposition, dans la galerie d'entrée, d'artistes contemporains (un collectif artistique La Lame et L'Iso) qui se sont pendant un an inspirés de l'oeuvre de Char... m'en suis allée ce mercredi après-midi puisque n'était pas férié vers la rue du Laboureur.
L'exposition chez Doucet a lieu au dernier étage... n'ai pas cédé à l'envie de re-visiter le musée, à part un salut en passant le nez au premier à Degas, Derain et à deux Foujita que ne connaissais pas et assez atypiques
et puis j'ai jubilé en passant entre les tables, me penchant sur les manuscrits pour des photographies qui se révèlent inutilisables, en savourant les petites aquarelles de René Char, les lithographies, aquarelles, dessins des artistes avec lesquels il a travaillé (mais les reflets m'ont fait la guerre) et dégustant les détails donnés sur chaque livre, et les citations de Char qui émaillent les murs...
Alors, ce qui subsiste, et c'est encore beaucoup trop, de mon tri trop indulgent
Dansons aux Barronies (dans retour amont vers l'enfance de 1965)
le manuscrit du poème pulvérisé (1947)
Ne laisse pas le soin de gouverner ton coeur à ces tendresses parentes de l'automne auquel elles empruntent sa placide allure et son affable agonie. L'oeil est précoce à se plisser. La souffrance connaît peu de mots. Préfère te coucher sans fardeau ; tu rêveras du lendemain et ton lit te sera léger. Tu rêveras que ta maison n'a plus de vitres...
des illustrations (eaux fortes avec aquatinte) de Miro pour le Marteau sans maître (Paris – le Vent d'Arles – 1976)
le manuscrit et un exemplaire rehaussé à l'encre par Greta Knuston du visage nuptial (long poème «peu émondable» célébrant leur rencontre)
A présent disparais, mon escorte, debout dans la distance ;
La douceur du nombre vient de se détruire.
Congé à vous, mes alliés, mes violents, mes indices.
Tout vous entraîne, tristesse obséquieuse.
J'aime...
«Nous avons» des manuscrits autographes calligraphiés, rehaussés d'ipomées (sans date)
une note manuscrite qui marque le changement de salle (et qui m'a arrêtée)
un dessin, des portraits de Char par Victor Brauner
une gouache de Vieira da Silva où vous devriez peut être deviner un portrait de Char (photo foirée mais que je garde parce qu'ainsi me plait)
Peindre c'est délier les relations, n'est-ce pas, souveraine

Vieira ? C'est mener l'éclair jusqu'au centre du scarabée ?
un poème-aquarelle de Char
et toujours des manuscrits, dont ceux-ci qui ont presque survécu dans mes maladroites photos
des illustrations (pointes sèches) de Valentine Hugo pour le Placard pour un chemin des écoliers de 1937 dédié aux enfants d'Espagne
le manuscrit dactylographié (avec corrections manuscrites autographes pour la publication en 1955 de «recherche de la base et du sommet...») des billets à Francis Curel de 1941-1943..

et puis, ma foi, cela suffit... j'en reste là et je vais faire une première petite plongée dans la malle aux trésors (au moins à mes yeux) que sont les un peu plus de mille pages de poèmes, fac-similés de documents, photos réunis par Marie-Claude Char dans le Quarto Char, dans l'atelier du poète auquel je n'ai pas résisté...

12 commentaires:

Claudine a dit…

Quel trésor !

casabotha a dit…

Content de vous savoir de retour dans le Char céleste

brigitte celerier a dit…

merci, belles dames

Hue Lanlan a dit…

magnifique expo et le plaisir de la faire avec vous à nouveau :-)

brigitte celerier a dit…

mais une lutte contre l'envie grandissante d'un nouvel appareil photo (pour ne pas me mettre en cause)

Arlette A a dit…

Plaisir, parcours sérieux emouvant pour prendre son temps, aéré par les images en retrouvailles Foujita entre autres
Ravie de ton retour

brigitte celerier a dit…

pas très facile à illustrer à vrai dire ce plaisir

Marie-christine Grimard a dit…

Ah ! Merci beaucoup, ai failli vous manquer !

brigitte celerier a dit…

mais moi, ayant retrouvé Char me suis enfoncée dans le trésor acheté et les quatre recueils que j'avais et viens de me forcer à émerger pour la cuisine, le repassage, le Canard enchaîné, un texte que voulais essayer de faire bien et la lecture des blogs - sans compter qu'il va me falloir tirer quelque chose de ma moisson matinale…

Anonyme a dit…

I'm extremely impressed with your writing talents and also with the layout on your weblog.
Is this a paid subject or did you modify it your self? Anyway stay up the nice quality
writing, it is rare to see a great blog like this one today..

brigitte celerier a dit…

si c'est sincère c'est trop gentil … quant au blog c'est un des modèles proposés par blogger avec les apports personnels autorisés, pas capable de faire autrement

Anonyme a dit…

Hi! Would you mind if I share your blog with my twitter
group? There's a lot of people that I think would
really appreciate your content. Please let me know. Many thanks