dimanche, juin 17, 2018

samedi

Une allégresse
dans l'air et sur mes lèvres
instant fragile
à cueillir (un long instant qui a duré toute la journée, qui m'accompagnait ce matin pendant que cherchait une lotion, et puis un remède, et trouvais un chemisier inutile mais qu'aimais bien, et revenais avec ma carte d'abonnement au off)

suite en bleu brûlant dans la cour en début d'après-midi, qui s'est prolongée jusqu'à ce que je rentre, massacre un passage d'un l'étrange, emporté, caustique et beau livre de Perinne Le Querrec, et puis, au moment où j'allais voir si de nouveaux textes étaient parus dans le cadre de l'atelier, trouve la vidéo n°9 de François Bon, trouve l'idée séduisante, mais euh... et puis me plonge avec plaisir dans la lecture de Manganelli.

4 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Le off en Avignon est parfois meilleur qu'en politique (surtout quand il n'en est pas !)... :-)

brigitte celerier a dit…

mais Brigetoun va passer très à côté du off cette année encore à force de modération
Merci à vous de continuer à faire un détour par ici

Arlette A a dit…

Les médias commencent à s'agiter s"ur mois unique au monde du théâtre en festival.".. Dithyrambique à souhait

brigitte celerier a dit…

j'étais dans ceux qui ne goûtaient guère Py et regrettait les prédécesseurs… mais, à part sa tendance à la longueur, je l'apprécie de plus en plu pour sa façon d'impliquer un peu les quartiers, et pour sa façon de tourner la baisse que l'on devine des subventions et qui nous prive de plusieurs jours en un retour à plus de mesure, de jeunes, moins de grandes vedettes, petits spectacles venus de pays un peu en dehors comme l'Egypte etc…
et moins de certitudes, et plus de curiosité, du coup me suis moins réfreinée que le voulais et comme carcasse demande baisse de régime vais être très peu dans le off