jeudi, juin 14, 2018

Trop d'images trop de mots pour une todo-liste

entre le ciel gris et cette façade dans la vitrine de Ducastel se souvenir de ma nostalgie il y a douze ans des cieux transparents et humides d'Ile de France les yeux perdus contre notre pesante plaque de saphir
poser un peu d'auto-ironie sur le frissonnement de mes yeux et de mon cou dans la petite brise fraîche et puis espérer que le ménage se fera dans les strates de gris que la nuit a laissées derrière elle
se réjouir de la lumière qui soudain danse, légère, sur les dalles et faire un brin de chemin à petits pas avec un pigeon
noter la disparition presque achevée des asperges, le velours des pèches et l'orange taché de rose des abricots, la robe feuilletée des pommes de terre primeurs de la région, l'été qui tend à remplacer le doux printemps
se morigéner en équilibrant, sur une table de rencontre, entre couffin et sac, la charge rassemblée parce que petite vieille devrait penser que l'avidité, même modérée, se paie par un poids excessif qui fractionnera le retour en petites pauses avec sourire vide et mains pendantes en cherchant vigueur…  et que des provisions dignes d'une famille risquent de se traduire par une honteuse gloutonnerie faute de discipline

9 commentaires:

casabotha a dit…

Yeux-nostalgie sur auto-ciel

brigitte celerier a dit…

vais plus oser parler de ciel, moi (sourire)

Claudine a dit…

Tout revient dans l'ordre, le soleil au Sud, la brume au Nord et ici les dernières énormes asperges allemandes

jeandler a dit…

Ciel, mes souvenirs !

Dominique Hasselmann a dit…

Ces asperges ressemblent aux doigts d'une main : l'anthropophagie est peut-être un théâtre avant l'heure...

brigitte celerier a dit…

Claudine, ne pas chanter victoire trop vite, froid légèrement humide ce matin (si le ciel pouvait se vider complètement avant juillet ! mis ça marche pas comme ça - sourire)

Pierre quels souvenirs !

Dominique, des doigts un peu abîmés, ce sont sans doute les dernières ou presque

tanette2 a dit…

Tu n'as pas envisagé de faire tes courses avec un chariot à roulettes, c'est nettement plus confortable qu'un couffin...

brigitte celerier a dit…

le pire moment étant de grimper ma volée d'escalier raide, ce ne serait guère la solution

Arlette A a dit…

Les souvenirs -nostalgie pour avancer petit sourire en bandoulière contres vents et marees