samedi, janvier 05, 2019

Un peu lamentable.. et puis

un peu – juste un peu, ne veux être cruelle, surtout avec moi - lamentable petite vieille, mais pas tant que ça - en connais qui me font honte – qui frissonne en se réveillant parce qu'il fait 2° dehors et quelques degrés de plus dans l'antre, qui attend le début d'après-midi pour s'en aller, s'imaginant jambes molles, crâne saisi malgré le bonnet et vertige balladeur, jusqu'à en rire puisqu'elle avance, faut bien le constater, sans problème réel, pour apporter - faute un peu de chevance et surtout d'être capable d'être utile, par maladresse, faiblesse et manque de la générosité nécessaire pour rester malléable, en attente, disponible – une petite contribution à la liste de besoins : planches à découper et grands couteaux de cuisine (à l'usage exclusif d'une cuisine) rue Pasteur, dans le local réquisitionné par Rosemerta https://www.voxpublic.org/Association-Rosmerta-Avignon.html
un bref échange, un accord avec la merveilleuse badame-gouvernante pour des aides ponctuelles
et un retour un peu moins cahotant, sous un ciel en pleine éloquence, vers l'antre
pour retrouver les deux livres envoyés par tiers.livre.éditeur http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article4014, les ranger dans ma pile, mais choisir,  comme je le fais devant une boite de chocolat, pour la fin du jour, légendes de Daniel Bourrion (chez publie.net https://www.publie.net/livre/legendes-daniel-bourrion/) - si ne le faites pas déjà, vous devriez suivre sur Face Ecran https://www.face-ecran.fr/ sa sorte de journal et les textes en cours (actuellement la dispense et une nostalgie Woodstock)
Légendes donc qui reprend de courts textes anciens
langue que j'aime tout particulièrement
Cette langue n'est pas ma langue. Cette langue que je parle là n'est pas ma langue. Cette langue que je parle là m'a été toute apprise sur les bancs d'une école comme j'avais trois ans par deux bonnes soeurs à cornette noire...
et quelques pages plus loin Tout cela parce que je viens d'un pays de frontières, d'un lieu qui n'est pas que de passages fait de terres qu'on envahit et qu'on traverse en y laissant à chaque fois des tombereaux de soi, je suis d'un pays qui n'a peut-être même pas de langue propre, de langue à lui, et moi dedans, avec ma langue désapprise et cette autre avalée après que la première a été perdue, je ne sais plus à force de quelle terre je suis...
litanie
Procession que nous faisons derrière la charrette lourde à pompons noirs du bois seulement du bois rien d'un tissu même si plus bas et soulignant toute la plateforme était un crêpe feston flottant aussi dans le vent aigre le vent glacé...
la petite fille dans sa robe claire
Il y en a des brassées un peu partout dans la maison là-bas construite après le grand incendie par des hommes maintenant tous disparus ou presque que j'ai vu ensuite, bien ensuite, tous les dimanches ou quasiment...
19 francs
Géronimo, j'y suis entré la première fois quand ils étaient encore petite librairie à côté de l'université. La boutique faisait le coin, on y voyait des bouquins posés partout... texte d'apprentissage et de reconnaissance
trois quatre-vingts
Je suis retourné dans la ville et chez l'Indien, j'y suis retourné pour essayer de retrouver le livre de Jean Echenoz, pas le mien forcément qui est maintenant je ne sais où s'il a été revendu par le bouquiniste de la fin de mon livre, celui que j'ai écrit moi tout seul...
Bon, simplement, une jolie couverture et surtout 110 pages que je vous recommande.


6 commentaires:

Godart a dit…

En cette période de l'année ou le corps est soumis à rude épreuve, le plaisir de cuisiner même avec des produits simples de qualité peut être un moment de redécouverte des saveurs et d'une cuisine considérée parfois comme un des beaux-arts (remember vos photos des Halles).

Dominique Hasselmann a dit…

Votre bibliothèque va finir par déborder ! Il est vrai que la lecture tient chaud... (en tout cas aux yeux) ! :-)

Brigetoun a dit…

Godard si ce n'est que je suis piètre cusinière, à part un moment jeune fauchée où j'étais experte en sauce blanche et gratin pour multiplier repas à partir d'un légume, j'ai mangé cru jusqu'à 60 ans et le cancer

Brigetoun a dit…

Dominique j'en suis aux piles de livres ou aux paniers entassés...
raison supplémentaire pour apprécier lecture sur écran

Arlette A a dit…

Avoir des réserves de lectures est rassurant

Brigetoun a dit…

cmme, en outre, j'ai des envies, trop souvent repoussées, de relectures
et que je lis moins… vais arrêter pour un temps d'en acheter d'autres