dimanche, février 10, 2019

Retour d'un livre augmenté après faux départ.

M'en suis allée matin, d'un pas décidé, vers le bureau de poste à côté des halles pour poster le livre de Béatrice Leca à celle qui avait bien voulu le demander.
Seulement voilà la oie que je suis n'avait pas pensé qu'il était fermé le samedi matin. Suis restée en suspens devant le dernier souvenir que les fêtes ont laissé dans la ville, au milieu de la place, et puis, comme j'étais là,
suis entrée dans les halles, ai complété ma provision de pommes de terre de Camargue, pris trois pommes, un petit butternut et deux chayottes parce que ça se garde, y ai ajouté des petites crevettes grises pour ce soir, un produit anglais pour faire l'argenterie comme un professionnel trouvé dans la boutique à trésors ménagers de la rue Bonneterie (et zut ils avaient des pèse-personne)
et m'en suis revenue avec deux sacs aux poids désassortis contenant l'un mes achats, l'autre le petit livre (qui partira lundi ou mardi)

Et, victoire, dans l'après-midi, suis arrivée à me décider enfin à recopier en les rajustant les deux phrases écrites pendant l'entracte l'autre nuit à l'opéra et à y ajouter le restes du texte parfaitement banal, mais le voulais ainsi, que j'avais en tête pour la proposition 7 de l'atelier du tiers.livre de François Bon.

10 commentaires:

casabotha a dit…

finalement vous pesez combien ?

brigitte celerier a dit…

41 kgs et quelques hize matin, ce qui ne m'était pas arrivé depuis des années et des dizaines d'annérs (horreur... enfin ce serait bien si ça me donnait plus de force - sourire)

Arlette A a dit…

Et le poids ...ne fait rien à l'affaire !!! Tout est dans la tête dirait ma Grand mère

brigitte celerier a dit…

ce qui m'intéresse en lui... donner force pour une marche plus aisée ou port de charges, mais me permettre de rentrer dans mes pantalons sans être exagérément moulants (pas mon genre) donc c'est réel

jeandler a dit…

Mieux lestée, le cœur ne balance.

Claudine a dit…

Quand même, un peu de poids ça donne de la force. Qu'importent les formes si l'on peut marcher, penser avec ses pieds, et porter ses bintjes.

Dominique Hasselmann a dit…

Bizarre, ce cône de verre : une sorte de pyramide du Louvre exportée ? :-)

brigitte celerier a dit…

jandler n'était guère lestée là que par moi-même et il n'y avait pas de vent, de nécessité

Claudine, c'est bien le problème, graissant je ne marche pas mieux… de toute façon mon poids c'est la nature qui en décide, mon régime lui ne change pas

Dominique ce cône n'est pas de verre mais d'une armature et de petites ampoules, c'est le sapin de Noël qu'on n'a pas enlevé

Lavande a dit…

Vous savez que vous pouvez envoyer un colissimo depuis chez vous en l'affranchissant en ligne et en le déposant dans votre propre boite à lettres où le facteur le récupère.

brigitte celerier a dit…

j'ignorais…. pauvres facteurs