samedi, mars 30, 2019

égoïste

m'amuser de voir le micocoulier sacrifier à l'esprit printanier, mais avec grande réserve se limiter à ses extrémités jeunes et fantasques
reconstituer ma collection de savons de bonne tradition, pour l'usage et le plaisir de leurs couleurs
s’attarder pour ranger sac à tâtons en regardant les arbres jouer de l'ombre de leurs branches fraîchement garnies avec la face arrière des arbres
pas tout à fait deux kilos de pommes de terre de Camargue, deux courgettes, deux chayottes, trois poires William, quatre grosses asperges vertes et quatre blanches, un camembert fermier au lait cru, un Saint Félicien, un filet de morue, quelques joues de morue et deux petites soles, pour tenir égoïstement un bon moment
et se demander si je serai encore là quand l'opéra rouvrira
décider définitivement de ne pas participer au final de l'atelier d'hiver de François Bon http://www.tierslivre.net/revue/spip.php?article376
regarder d'un oeil d'épagneul plein de désir suppliant le programme du festival et puis abandonner pour ne pas avoir trop de désirs et donc de regrets si je décide que ne puis plus l'assumer
prendre la vie heureuse de Sénèque et trouver finalement mon bonheur dans le ton plus modéré, sans appels à la Vertu, de Descartes honnête homme et philosophe à la princesse Elisabeth de Bohème, ce qui bien entendu me convient tout à fait
Au reste, toutes sortes de désirs ne sont pas incompatibles avec la béatitude ; il n'y a que ceux qui sont accompagnés d'impatience et de tristesse. Il n'est pas nécessaire aussi que notre raison ne se trompe point ; il suffit que notre conscience nous témoigne que nous n'avons jamais manqué de résolution et de vertu, pour exécuter toutes les choses que nous avons jugé être les meilleures, et ainsi la vertu seule est suffisante pour nous rendre constants en cette vie (là je ne sais... bon je n'ai qu'à relire la réponse, vais le faire, mais en attendant je l'ai oublié... ce qu'en a pensé la princesse, Brigetoun elle voudrait dire: vous me la baillez bien belle). 

6 commentaires:

jeandler a dit…

Désirs, plaisirs, où passe la frontière ?

Dominique Hasselmann a dit…

Descartes, solide vade mecum...

Oui, le festival s'annonce : mais dès aujourd'hui on entend qu'Avignon sera un genre de "ville morte" comme à Bordeaux ou ailleurs...

Bientôt toute la France -en l'absence de la moindre réponse politique de la part du pouvoir élyséen - devrait être "en marche" vers ce "couvre-feu" policier généralisé ! :-)

Brigetoun a dit…

Pierre il n'y en a peut-être pas

Brigetoun a dit…

Dominique oui le préfet en a décidé ainsi bon ça laisse prise de sang et frête des migrants mais ça a annulé (appris hier) le concert de jazz où je devais finir le jour et dont j'avais tant envie

Claudine a dit…

ce "couvre-feu" policier généralisé... on en a mal au cœur vu d'ici

Brigetoun a dit…

pas un café, pas un commerce ouvert, pas un passant ou presque - j'ai cru que le labo était fermé aussi… mais nous étions deux clients et en sortant j'ai cru que je tournais de l'oeil en cherchant un café et un bout de pain (bon c'était ouvert place Pie mais je ne pensais pas que c'étaient les seuls et voulais faire quelques pas pour retrouver équilibre) et ne trouvant que des cars de police
ils font tout pour que ça pète… ai hésité à m'attaquer à un poteau place de l'horloge (faute de mieux) pour que les CRS qui y errent seuls s'ennuient moins
(peur pour la fête des familles migrantes et mineurs isolés… risque d'y avoir peu de gens)