jeudi, mai 16, 2019

Une idée prise chez Michel

matin dans petit vent léger et ciel presque intégralement bleu m'en suis allée rencontrant,
travaux un peu partout,
gros pots fluos avec des plantes parfois inconnues de moi (pas difficile)
éloquence murale d'autant plus plaisante qu'incompréhensible
ruelles très avignonnaises
un platane en corbeille, très réservé et en retard sur ses semblables
divers théâres près à se réveiller, comme les 3 soleils au 4 rue Buffon, adresse qui était mon but, comme l'arrière ouvrant sur la rue des Ecoles à côté de la Manufacture
et puis m'en suis revenue, en passant devant autres théâtres comme le Balcon,
arrivant à l'antre, au bout d'un peu plus d'une heure vingt en même temps que le facteur..
intéressant n'est-il-pas (à vrai dire suis un peu trop déconnectée actuellement)


9 commentaires:

casabotha a dit…

le facteur vous livre plus de livres que de factures

Brigetoun a dit…

beaucoup de prélèvements mais je pense que les factures doivent dominer, seulement on n'a pas tant l'habitude de parler d'elles

Marie-Christine Grimard a dit…

La ville semble se réveiller doucement avec le soleil revenu. L’oeil grand ouvert en est l’allégorie.

Michel Benoit a dit…

Effectivement, il y a aussi deux lieux estivaux de théâtre entre la rue Buffon et la rue des Écoles...

Brigetoun a dit…

Maroe-Christine, l'oeil grand ouvert est sur le mur d'une école et face à un théâtre

Michel, oui qui encadrent juste les deux portes de ce terrain, et d"ailleurs on va de théâtre provisoire en théâtre provisoire dans le coin

Godart a dit…

Déambulation débonnaire et de bon air. Tags énigmatiques sur les murs et sur les portes, l'inventivité des colleurs d'affiches du festival d'Avignon pour trouver des espaces libres se manifestera plus tard.

cjeanney a dit…

l'éloquence murale me plait beaucoup aussi

Dominique Hasselmann a dit…

On dirait qu'il y a moins de travaux à Avignon qu'à Paris, en chantiers tous azimuts.

Mais le boulot du platane est à saluer particulièrement ! -)

Brigetoun a dit…

c'est gentil Christine

Dominique je crois qu'à l'échelle de la ville il y a PLUS de travaux à Avignon, avec des sens interdits qui varient, des chevilles tordues, mon plaisir devant chaque chantier et qui se concluent par la mise en commun comme espace de circulation des voitures, vélos, trottinettes et piétons, m'enlevant tout plaisir de marcher (peux plus rêvasser, doit faire attention aux heurts possibles et récupérer mon coeur qui monte dans mes dents)