dimanche, juin 23, 2019

jour de peu

délicieusement
un peu zombie, m'en suis allée acheter écouteur pour remplacer celui mort sur l'autel de mon exaspération désespérée aux petites heures de samedi
faire petit tour, à côté de moi, en regardant arbres, qui sont très citadins et très peu forestiers, avec l'idée excessivement vague – très excessivement – de chercher idée pour participer à la bibliothèque forestière, la campagne de Laurent Margantin pour soutien de l'ONF http://oeuvresouvertes.net/spip.php?rubrique206
rentrer au bout d'un peu moins d'une heure, mais au lieu de déjeuner très tôt et de repartir vers Ceccano pour écouter une conférence sur Camus, boire à l'excès le soleil et la chaleur montante dans la cour et puis sombrer dans une profonde et longue sieste.

Sans l'ombre d'un remord

17 commentaires:

casabotha a dit…

dormir c'est rarement du temps perdu

Brigetoun a dit…

ça dépend

Marie-Christine Grimard a dit…

Boire le soleil jusqu’à l’ivresse, beau programme !

Brigetoun a dit…

mais pas très sage (enfin là ça va encore… à partit d'aujourd'hui il va falloir se é-méfier un peu de l'ami soleil)

Anonyme a dit…

Il y a des jours avec et des jours sans...cycle implacable et tu suis..AA

Claudine a dit…

beau feuillage pour se cacher de l'ami un peu trop solaire cette semaine

Brigetoun a dit…

et ça ne fait que commencer Claudine (sens que l'heure de marche va devenir difficile)

Brigetoun a dit…

Arlette le grand coup de fatigue me dit que j'ai sans doute été encore un peu trop ambitieuse pour le festival... vais tenter de vivre le plus à côté possible

jeandler a dit…

Les arbres des villes font ce qu'ils peuvent, tirant la langue, veufs des oiseaux.

Brigetoun a dit…

pas tout à fait veufs… il y en a encore… et il y en avait un qui est venu voleter dans ma cour et sur les plantes de la terrasse supérieure hier matin

Dominique Hasselmann a dit…

Pour la canicule, Madame Buzyn a rassuré le bon peuple. Rien à craindre !

Conférences de Camus, vous devez pouvoir trouver des documents sur Internet, sans devoir cuire sous le soleil qu'il a connu de l'autre côté de la Méditerranée ! :-)

Brigetoun a dit…

piur Buzin rien n'est prévu pour les petits vieux qui vivent seuls dans le sud (et Avignon recommence à avoir, continentale qu'elle est, en gros deux degrés de plus que Marseille ou Toulon - va falloir combiner spectacles, courses, heure de marche et prudence demandant de ne pas sortir aux heures chaudes (sourire) enfin pour le moment pas encore trop chaud devant l'ordinateur
à Alger comme à Marseille ou Toulon il y a le bienfait de la Méditerranée (enfin je les aime ces deux rives et la Provence, on va pas se plaindre mais les braves gens dans la radio - d'autant que là un journaliste parlait par dessus le toubib spécialiste marseillais qu"il interviewait et bien entendu, ne l'écoutant pas, donnait les mauvais conseils habituels (boite beaucoup même sans soif au lieu de pulvériser eau sur avant bras et les éventer pour remplacer la transpiration qui n'existe plus chez les vieux - moi j'ai écouté (rire)

Godart a dit…

Sans vergogne, l'ombre d'un doute n'a pas réussi à recouvrir votre absence d'ombre d'un remord, au plus grand bénéfice d'une sieste provençale (mais les cigales doivent être plus loin).

Dominique Hasselmann a dit…

Bof, ici on a le canal, la Seine un peu plus loin et, s'il le faut, les volets clos !

Bonne résistance et ne buvez pas trop d'écoleau ! :-)

Brigetoun a dit…

Dominique et moi j'ai le Rhône à trois pas

Godart les cigales sont pas loin non plus, dans les jardins ou sur l'île, en face

F68.10 a dit…

"piur Buzin rien n'est prévu pour les petits vieux qui vivent seuls dans le sud"

Que faudrait-il faire à votre avis pour les petits vieux qui vivent seuls dans le sud?

Brigetoun a dit…

En plus j'ai esquinté son nom et j'en suis désolée… incorrect
Rien ou peu de choses bien entendu.. puisque sont indépendants les petits vieux qui vivent seuls, ce qui ne signifie pas que tout le monde doive s'en soucier, dans l'hypothèse où il y a des proches, ce qui n'est pas mon cas …
donc à moi de faire attention