mardi, juillet 02, 2019

ainsi

Les rues s'éveillaient
mon humour en compagnon
trajet utile
Brigetoun en animal de bât
et pour le reste du jour, ai retrouvé mon regard acerbe sur moi sur tout, l'ai combattu avec pointe d'ironie et me suis réduite à moi même

8 commentaires:

casabotha a dit…

brigetoun qui porte les décors du festival

Brigetoun a dit…

n'ayant qu'une main libre (et si petite que les trucs trainent par terre) et deux épaules pas très larges..; j'irais du mal

Dominique Hasselmann a dit…

Bel accomplissement photographique ! :-)

Claudine a dit…

j'aime beaucoup la photo du volet, comme une ponctuation bien placée ;)

jeandler a dit…

La plus simple mais la plus belle expression.

Brigetoun a dit…

merci Pierre, merci les amis

Pour tout arranger chaque jour un ou deux appareils se coince, arrive à en décoincer sais pas comment un autre que je trouve bien entendu minable, qui se coince, qui se décoince juste en fin de journée pour donner photos ou qui reste à bavarder interminablement en langue inconnue sans vouloir accepter réponse MARRRE
bon je go

Godart a dit…

L'ombre "forcément" horizontale porte en elle une signification platonicienne.

Brigetoun a dit…

l'ombre rassemble ses forces pour en rire