mardi, septembre 03, 2019

Jusqu'à la prochaine

Parce que c'était aujourd'hui, après un report en juillet, que l'association et les habitants du 7 rue Pasteur (Rosmerta) présentaient recours contre l'arrêté d'expulsion
parce que Rosmerta...
Le nom selon Wikipedia
Il s'agit d'un nom gaulois, pouvant être décomposé en ro-smert-a.
  • L'élément -smert- signifie « s'occupant de » ou « prodiguant » et se retrouve également dans des anthroponymes gaulois tels que Ad-smerio, Smertu-litani, Smerius, Smertae, Smertus2.
  • Ro- est un préfixe superlatif, au sens de « vraiment, très, beaucoup » comme dans ro-bili (« très bon »), ro-cabalus (« grand cheval »)3.
  • Le suffixe -a étant le féminin singulier gaulois typique.
Rosmerta est donc « la Grande dispensatrice » ou encore « la Très Généreuse », ce qui s'accorde avec ses attributs.
parce que tout simplement par delà les différences, les drames, les inquiétudes, les difficultés c'est un lieu de vie avec toute la chaleur que cela représente (d'autant que par force ou nature la bonne volonté est quasi générale), parce que petitement je prends rang de quasi bénévole, m'en suis allée les soutenir
avec le plaisir plus fort encore maintenant que je connais mieux certains, membres de l'association ou habitants, avec des préférences, des ententes ou confiances plus ou moins grandes, de les côtoyer
parce qu'aussi (je reprends des bribes de Naufrages de Beata Raoul, édité par Abrüpt https://abrupt.ch/beata-raoul/naufrages/ (qu'en passant je conseille)
« mais le sans-patrie le banni réverbère au banni »,
« il prétexte »,
« il est un miroir des autres bannis »,
« l'histoire s'en retourne d'éternel »,
« qui balance lentement sa vie au-dessus du vide »,
« de la sienne du silence de celles de tous les autres »,
et puis, comme il était quatorze heures,  nous avons traversé et sommes entrés (petit groupe d'une quinzaine, laissant les autres discuter, écouter proclamation etc... devant le rempart) dans le tribunal… seulement, l'ordre du jour de la chambre qui nous concernait était chargé et la salle pleine, alors seuls un reponsable et l'avocate ont été admis dans la salle, et nous les avons attendus au frais pendant que les autres - quelques bénévoles et un groupe de jeunes (ou un peu moins) et beaux non-désirés - faisaient se succéder prises de parole sur le trottoir d'en face
« blanc lance rance et laitance »,
« remembrance de bois flotté corps flottés »,
« broches que branches »,
« de laisse de mer de noir sur blanc poumon »,
« bois flotté corps flottés »,
« et la marée mer s'en va »,
« laisse corps déchets »,
« ne souffle plus poumon »
Ils sont sortis en fait assez vite de la salle (ont du passer en troisième ou quatrième) pour annoncer que, pour une question de procédure, l'instruction est reportée au 7 octobre (temps gagné) : les mineurs devant être représentés, c'est le Département – celui-là même qui parfois conteste leur minorité – qui prend rôle de tuteur si j'ai bien compris, dans le brouhaha de notre sortie se heurtant au groupe qui rentrait pour amener son soutien,.
Retraverser, rediscuter, et surtout se parler, s'amuser ou s'interroger sur les sorts individuels
mes amitiés au très cher petit marseillais (le petit avignonnais né à Rosmerta dormait dans sa poussette) Mamadou aux belles formes
et le retour dans un vent léger et une belle lumière
... « on dit que les choses sont simples qu'il faut »,
« on dit que les côtes sont jonchées de »,
« on dit que c'était plus propre avant que »,
« on ne dit plus nègre mais on continue à faire comme si »,
en passant par la Fnac pour acheter un résumé (j'espère que cela pourra servir et surtout me servir) des connaissances requises à la fin de CM2 puisqu'à partir de demain vais passer (pas très tôt, vers dix heures et demie) chaque matin pour faire travailler, sans formation, comme une grand-mère attentive – les obligeant à ne pas traîner leur ennui au lit pendant que les autres sont en classe – deux ou trois grands et minces gaillards qui d'après la responsable (pas très au fait finalement) ont un niveau CM2 et attendent une place promise au Lycée Mistral... un peu peur, un gros trac, vais bachoter (mais constaté l'autre jour qu'à un niveau plus fruste où il s'agissait d'apprendre les bases du français, ça m'amusait, les amusait et semblait marcher) – envoyez moi des ondes savantes – resteront de temps en temps des jours prise de sang ou halles... où je décalerai.


8 commentaires:

casboth a dit…

c'est triste c'est beau

Marie-Christine Grimard a dit…

Félicitations pour cette belle énergie qui vous anime et bravo pour les révisions avant votre rentrée pour aider les jeunes !

Brigetoun a dit…

casaboth : triste oui, mais sont très toniques

Marie-Christine : euh… les félicitations pour les révisions c'est peut-être un peu beaucoup… ça a été coup d'oeil, et puis réalisant que ne savais rien de leur niveau ni de leur désir, faire de ce truc un fétiche porte-bonheur et me fier à nos chances...

Dominique Hasselmann a dit…

Engagement méritoire de votre part (et le CM2 n'est pas forcément facile).

Belle photo de l'enfant que l'on se met à dos avec affection. :-)

Brigetoun a dit…

Dominique même si c'est 'ils doivent avoir en gros le niveau CM2" et e plus pour quelqu'un qui ne savait ce qu'était le CM2 et qui a connu le similaire en 1952-53 - suis paniquée
quant à Mamadou c'est un enfant chéri comme peu (un père - le grand en veste blanche - qui ne voit que lui)

Claudine a dit…

courage, ne renoncez pas au CM2 ! l'apprentissage passe par le cœur, ça va marcher !

Brigetoun a dit…

n fat 4 très différents de niveaux dont un seul au niveau CM2 (lui ai trouvé des trucs de maths- un qui s'est passionné pour les conjugaisons et vocabulaires CM2 avec moi et triomphe quand il enregistrait et un beaucoup plus fort (3ème) qui s'est improvisé prof pour le plus faible... sais pas si beaucoup appris mais c'était joyeux et appliqué et au bout de une heure 40 ai dit stop parce que j'étais lessivée (debout en plus, penchée et tendue) - plutôt contente ... on affinera demain

Anonyme a dit…

Une belle raison de se sentir..contente ,pas évident pourtant Bravo désolée pour ta modestie