mercredi, juin 17, 2020

Petite vieille

petite vieille est allée matin dans la lumière où se promenaient quelques formes blanches, avec un détour par le premier lieu de rendez-vous qui avait été un peu déplacé,
accompagner les soignants (surtout suivre le regroupement, piapiater un poco, photographier un peu)
petite vieille a commencé à marcher sur le bord, en lisière solidaire, mais les a quittés en cours de route, vers 11 heures, pour regagner l'antre, préparer couffin et sacs, déjeuner
et repartir, avançant face à des regroupements de nuages, vers Rosmerta où elle devait réquisitionner deux habitants pour l'accompagner, à un petit quart d'heure de là, prendre livraison de paniers offerts par Semailles (sera à faire tous les mardis).
Les jeunes présents l'ont écouté avec une indifférence totale, et elle se gourmandait pour son manque d'autorité jusqu'à ce qu'une des bénévoles les plus actives, connues, responsables, réalise, décide que je, Brigitte, petite vieille n'avais pas à trottiner ainsi, prenne mon couffin, mes sacs et embarque avec Son autorité souriante naturelle deux garçons...
Alors ce furent : ma petite honte, presque deux heures de lecture, d'efforts pour faire accepter la différence entre la notion de singulier et celle de pluriel par Amadou qui s'y refusait (bon là j'ai gagné finalement je crois), avant une dictée, et la mise en place d'une organisation pour mardi prochain... en espérant que serai plus efficace


Et un retour, pendant que s'installait une forte couverture, sans la fatigue programmée, pour réaliser en lisant un mail que la grosse réunion que j'avait notée pour le 18 juin à 20 heures, se tenait en fait aujourd'hui entre 18 et 20 heures. Ai compris l'air étonné d'une amie en me voyant partir et je tente de me persuader que suis pas encore tout à fait au niveau de la dépendance irresponsable.

10 commentaires:

Claudine a dit…

en ces temps troublés on est tous à côté de nos chaussures, les dates sont indifférentes dans les têtes non déconfinées

Brigetoun a dit…

‌c'est surtout moi qui passe par des moments ai pas le temps et lis trop vite... et quant à on autorité sur les garçons il y a eu renouvellement de population pendant le confinement et suis une inconnue pour la plupart de ceux qui étaient là.. par contre dès que je veux porter une chaise ils se précipitent sourire et finalement le rôle d'accueil que je devais avoir qui permettait d'être autre chose qu'une très passagère chose branlante a été rempli par une des six nouvelles bénévoles très jeunes - c'est ainsi (pas plus mal, il faut que je compte avec les jours où suis hors forme)

jeandler a dit…

Plutôt hors norme que hors forme...

Brigetoun a dit…

oui mais le but est d'aider les bénévoles, pas de leur poser problème (ouin)

Dominique Hasselmann a dit…

Une manif pacifique... il en existe encore !
Les soignants ne sont pas dupes des belles promesses. La lucidité n'est pas une maladie !

Votre travail mériterait une médaille... :-)

Brigetoun a dit…

les manifs médecins se sont bien passé sauf là où des gars en noir se sont interposés un moment en criant "on déteste tous la police" et bombardant les flics (et entrainant parmi quelques autres l'infirmière en colère qu'une vidéo montre envoyant UN caillou... ce qui n'esr en effet pas une excuse pour la suite) Patrick Pellou disait "ils nous ont volé notre manifestation" et comme Paris est plus visible on ne parle que de ça et pas des revendications (des vidéos en province qui montrent policiers applaudissant)
Manif récupérée (et les insoumis tombent dedans)

Anonyme a dit…

N'aime pas quand tu dis" petite vieille" .... tu es loin très loin de ça AA grrrrr

Brigetoun a dit…

moi j'aime bien.. d'abord suis petite et de plus en plus, je crois qu'il y a un âge où on a le droit de se dire vieille et dans la crèche mes santons préférés sont les petites vieilles et les bergers (là je n'ai pas de place pour les moutons)

Anonyme a dit…

Cest un point de vue ..respectable AA en sourire pas convaincu

Brigetoun a dit…

Arlette j'aime le "respectable" (bon pas certaine que ce soit juste, mais c'est le mien - joyeusement, profondément)