vendredi, octobre 16, 2020

Ferronneries et ce que ne voudrais pas


sous un ciel bleu à nuages candides, dans le vent qui se lève avec froideur fouettante, esprit sottement sombre que décidais d'ignorer


m'en suis allée, matin, installant en surface de mon esprit une idée fixe, laissant les pensées se battre, se mélanger, à l'arrière

et prenant comme thème la première chose vraiment regardée, ai collectionné les balcons qui se succédaient rue Joseph Vernet,


pour me consacrer ensuite à l'achat de chaussettes chaudes, à l'amusement de choisir une trousse parmi les quelques laissées pour compte puisque les magasins sont passés à autre chose et du petit matériel d'écriture, gommage, effaçage, tracé pour la garnir (je redeviens chaque fois l'écolière dont la mère modère les envies.

De l'après-midi ne dirai rien que de mes doutes sur l'approbation par Mamady devant mon choix de chaussures, et sur ce qui entrait de politesse délicate dans son enthousiasme, que le plaisir aussi de la souplesse et la rapidité de son esprit, que de la fatigue qui m'est malgré cela tombée dessus au bout de près de deux heures et de mon départ, incapable d'attendre que les trois de Vernet sortant de classe finissent de se détendre en jouant au foot avant de décider s'ils voulaient ou non travailler et m'en suis allée frigorifiée, croisant des êtres qui serraient leurs bustes dans leurs bras.



Et comme attendant Mamady qui était un peu en retard, j'avais commencé à écrire deux pages de carnet pour le #18 de l'atelier d'été de François Bon (ne sais si je vais les garder, je reprends ici ma contribution au #17http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article4939 (pour les contributionshttps://www.tierslivre.net/revue/spip.php?rubrique18) Je ne voudrais pas

Je ne voudrais pas

  1. Je ne voudrais pas que le livre diminue mon faible intérêt pour les romans

  2. Je ne voudrais pas que le livre puisse être raconté

  3. Je ne voudrais pas que le livre montre de la violence juste pour que l'on en pense « c'est fort »

  4. Je ne voudrais pas que le livre soit sirupeux 

  5. Je ne voudrais pas que le livre se préoccupe d'éviter les clichés

  6. Je ne voudrais pas que le texte aille plus de deux fois à la ligne, mais je voudrais qu'il le fasse ces deux fois juste pour éviter l'effet prémédité

  7. Je ne voudrais pas qu'il soit pesant

  8. Je ne voudrais pas qu'il soutienne une thèse ou même qu'il la laisse percevoir

  9. Je ne voudrais pas qu'il tombe dans la sensiblerie mais d'accord pour la sensibilité et la sensualité

  10. Je ne voudrais pas qu'il se consacre aux problèmes moraux, sentimentaux, etc... de gens bien installés mais bien pensants

  11. Je ne voudrais pas qu'il parle de gens « intéressants »

  12. Je ne voudrais pas qu'il soit intelligent (ou plutôt brillant)

  13. Je ne voudrais surtout pas qu'il soit misérabiliste

  14. Je ne voudrais pas qu'il soit un tableau de société quelle qu'elle soit, mais je ne voudrais pas qu'il soit sans attache

  15. Je ne voudrais pas qu'il passe complètement à côté de tout ce que j'aimerais qu'il soit ce que je ne saurais obtenir (qu'il soit de moi ou non)

  16. Je ne voudrais pas qu'il soit sec

  17. Je ne voudrais pas qu'il manque d'être quasi-invisible

  18. Je ne voudrais pas … oh tant de choses

  19. En fait je pense que je ne voudrais pas qu'il soit, ou du moins qu'il soit fini

11 commentaires:

Nadamasse a dit…

20. qu'il décourage d'en lire 1000 autres.

Brigetoun a dit…

n'est-il pas ?

Arlette A a dit…

Alors...tu le quitte et tu en cherche un autre qui t'attend

Brigetoun a dit…

j'en preds un écrit par quelqu'un d'autre (mais généralement pas un roman... sauf policier)

Dominique Hasselmann a dit…

C'est déjà le (re)confinement ? Y'a pas de monde aux balcons ! :-)

Brigetoun a dit…

je ne crois pas avoir jamais vu quelqu'un sur ces balcons... ils sont là pour se montrer à la rue et ça n'est plus dans les habitudes

jeandler a dit…

Je voudrais, pour demain...

Claudine a dit…

21. je voudrais qu'il se souvienne d'autres mots géniaux englués dans le béton numérique

Brigetoun a dit…

Pierre, Claudine, merci mais profitez de l'attente, c'est toujours ce qu'il y a de mieux (enfin presque)

Godart a dit…

Les : je voudrais, seraient-ils aussi nombreux ?

Brigetoun a dit…

Godart, en fait le plus sincère est le dernier "je ne voudrais pas qu'il soit", mais la proposition était sérieuse et voulait au moins une dizaine de ce qu'un auteur (qui voudrait vraiment l'être, ce qui est le cas de la plupart des participants, mais pas de moi), cherche à éviter