samedi, mai 01, 2021

Avril se clôt sur l'attente

 

Avec la ville

nous baillons sous un ciel blanc

ni triste ni gai

tout les projets engourdis

yeux clos sur vagues idées




comme la veille, mais en moins réussi, après les averses de vigueur variable, le ciel de l'après-midi laissait passer du bleu, plus pâle, plus faible, sans que le soleil chasse l'humidité ambiante, quand suis partie pour Rosmerta. Mais la cour cette fois était moins aimable et il n'y avait personne sur les chaises, autour du baby foot ni de la table de ping-pong, juste le petit Mamadou courant derrière les pigeons et un grand Mamadou m'attendant... 

un petit tour pour renouveler pour un mois le fonctionnement du smartphone, une petite heure de travail, du français cette fois,


et un retour dans la ville un peu figée dans l'attente de la renaissance même réduite... ce moment où cette attente semble plus pressante maintenant que l'espoir renait (sous réserve d'un fléchissement accentué de l'épidémie – le Vaucluse vient de dépasser les 1000 morts), et je me demandais si j'avais eu raison de rouvrir Paumée, mes forces et mes moyens me privant durablement de matière de récit, et mes petits ennuis personnels n'ayant aucune importance... reste la beauté des pierres.

8 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Les pierres et le ciel se marient joliment... :-)

Brigetoun a dit…

je préfèrerais qu'elles tranchent plus les unes sur l'autre (qui serait bleu... et là il pleut encore)

Marie-Christine Grimard a dit…

Le bleu reviendra avec l’espoir mais le relâchement devra attendre. Le politique décide sur des critères surréalistes et la réalité est que nous porterons le masque encore longtemps...
Heureuse de suivre les pas de paumée quelque soit le temps. Merci chère Brigitte

Brigetoun a dit…

Marie-Christine désolée mais viens de renoncer à tous les pas de la journée (pas de halles : morue, patates, une pomme, un bout de céleri, coulis de tomates, fromages et pâtes... vais tenter de répartir ça sur les prochains jours - et pas de cortège cet après-midi)

Godart a dit…

Votre quotidien sous forme de journal est toujours sous le signe du partage, c'est un chemin où l'on suit avec plaisir les petits cailloux.

Claudine a dit…

En France, on survit grâce au fromage...

Brigetoun a dit…

Godart trop gentil (euh faut que je censure un poquito)

Brigetoun a dit…

Claudine, mais faut faire attention le fromage c'est salé, surtout les bons, donc pas chouette pour la tension