jeudi, mai 26, 2022

Ne méritais pas


craignais l'orage

ce ne fut que blanc froncé

ou lumière bleue


mon égoïsme

prétexte ma carcasse

pour renoncements

et j'en suis récompensée

par de gentilles pensées


le pauvre Paumée

se délite en petits riens,

garde des passants

10 commentaires:

arlette a dit…

Ne sais jamais si tu ouvres ta porte aux commentaires

Brigetoun a dit…

je te remercie d'avoir toqué ! sourire (elle est toujours ouverte mais avec modération)

Cjeanney a dit…

(pluie et temps gris aussi chez moi hier, mais bon, j’ai vu des fleurs de seringa comme des petites roses blanches (c’est aujourd’hui dimanche tiens ma jolie maman disait la chanson :-)) pour compenser et je passe ici ce matin en joie paisible)

Brigetoun a dit…

merci Christine...
suis trop absente (me fais si lente pour le matériel et réfléchis si longtemps avan de me décider aux corvées, sourire) et n'au que de mauvaises raisons genre : suis a-pas à la hauteur de vos esprits (sourire accentué devant la nullité du prétexte puisque ce devrai être aiguillon)

Grimard Marie Christine a dit…

C’est un grand plaisir pour nous de venir déambuler avec vous sous le ciel d’Avignon. Merci pour tout.

Brigetoun a dit…

Marie Christine, merci de cette fidélité indulgente... comme en plus je me cantonne de plus en plus dans deux ou trois trajets... un peu monotone tout de même !

mémoire du silence a dit…

Je suis
une passante
qui passe
et toc à la porte
de ces petits riens

je suis
une passante
qui aime
ces petits riens

Brigetoun a dit…

et Maria je vous en relercie

Claudine a dit…

Un petit Mozart pour le trajet?
Et si l'oubli emporte les meilleurs, il y a dans le carré des modestes une petite place pour tout le monde

Brigetoun a dit…

sourire et merci Claudine (moi par contre suis du genre commentaire très très rare)