mardi, mai 17, 2022

Printemps ardent


chaque jour grandit

la tache de lumière

qui ronge ma cour

ou tout du moins un bout... le printemps se fait été sur la ville où les ombres posent des ilots délicieux... carcasse en caprice prolongé ou ma paresse m'avait mise sur le flanc jusqu'au milieu de l'après-midi, quand suis sortie dans la gloire bleue pour passer chez le pharmacien et puis gagner par petites rues ombreuses puis en longeant les jardins bourgeois sous la rue Vernet jusqu'à la porte Saint Dominique...


allées de l'Oulle

sous la frappe du soleil

dans la poussière

ai pensé que devais penser au brumisateur dans le sac et à enfoncer une paille sur mon crâne (quand mistral dort)

et puis j'ai trouvé la gaité tranquille du petit marché du lundi soir, regroupant quelques producteurs locaux... pour faire provision de courgettes jaunes et vertes, et rentrer, retrouver l'ombre du platane de ma place, me faire un thé... passionnant n'est-il pas ?

11 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Une journée tranquille (et sans "atelier"), liberté, liberté chérie ! ;-)

Brigetoun a dit…

pas tant sas atelier - me bats conte une tentation de texte qu'un -e proposition a déclenchée... par contre perds dans le groupe trop nombreux (ne lis presque personne) trop soucieux de faire oeuvre et orienté vers leurs projets de livres, de "débats" sur zoom et vers la fabrique de vidéos/ouvres que ne regarde pas assez... suis petite vieille qui prend ça résolument en amateur et en annexe à ma seule oeuvre : survivre (sourire)

Claudine a dit…

Goûterais bien au bonheur de ces ombres tranquilles

Brigetoun a dit…

sont trop rares en fait Claudine (et dans la ville où sont plus faciles à trouver que le long des remparts ça varie selon les heures et l'orientation des rues - sourire)

Unknown a dit…

Tu as une manière un peu dérisoire de traiter tes commentaires alors qu'ils sont aussi importants que tes photos. On a déjà vu certaines photos ou même on les a prises, on évoque des souvenirs avec des mots qui ne sont ni Flaubert ni Nin mais qui résonnent au milieu de nos souvenirs. Je regarde tes photos je lis les textes et je me sens mieux

Anonyme a dit…

Passionnant, oui. Ce sont les petites choses de la vie. Le marché du lundi soir, c’est super. Je viendrais bien y acheter des courgettes, longues ou rondes, jaunes ou vertes. Ici j’ai même pas mis encore les plantons en pleine terre

Brigetoun a dit…

inconnu 1 suis désolée si je donne l'impression de désinvolture mais en fait oui je m'applique à traiter un peu avec dérision tout ce qui me touche (aurais trop facilement tendance à me prendre au tragique, sourire)

Brigetoun a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Brigetoun a dit…


inconnu 2, oui 'à vrai dire ai tendance à l'oublier et à privilégier les supermarchés, moins bien évidemment mais un peu moins cher, ou les halles parce qu'en même temps il y a les seuls poissonniers et marchands de morue de la ville
en outre peu d'étals en ce moment (pense que davantage avec l'arrivée massive des touristes) par cintre : suis à côté

arlette a dit…

Pourquoi dis tu ."
.la lumière ronge ma cour ..

Brigetoun a dit…

parce que aux heures où elle visite ma cour/puits, elle a finit de descendre le mur et elle en est à un carreau et demi du sol... arrivera à deux et demi avant de remonter (je vois les saisons grâce à mon mur)