jeudi, mai 15, 2008

Intimité peuplée de vide,
enfermant la lumière
et la faisant sienne
Porte entrouverte sur un ailleurs
qu’elle se refuse à voir
En sécurité ou en prison derrière un élégant treillis
et rongée par l’extérieur,
le temps autre qui la submerge,
et l’enferme plus fortement
contre un mur solide et rêveur.
Résumé : nada
Ma mi piace tanto nulla che sono nulla
Pero tanto mi quiero nada que yo soy nada
Et j’suis pas sure des mots mais nada n’est tenu à rien


Pour me faire pardonner

9 commentaires:

Rosie a dit…

Ce texte est bien joli, mais je ne comprends pas trop ce que tu as à te faire pardonner ...

Bon jeudi et bisous.

micheline a dit…

si on a toujours à se faire pardonner ....ne serait-ce que d'être né quelque part sans l'avoir voulu...et d'en rester toujours un peu prisonnier...

joye a dit…

Pero tanto me quiero nada que yo soy nada = Je n'aime tant rien que je ne suis rien (moi aussi)

C'est joli, cela me donne envie de ressortir mes bouquins de Neruda.

Anonyme a dit…

Une intimité peuplée, contradiction volontaire, te connaissant ?

Anonyme a dit…

Nul besoin de chercher un pardon: cette cage de lumière est bien belle.

Rom a dit…

Ma cosa dice? Tu non sei nulla!
Mi piace molto il tuo scritto.
Toi verso-incapable? Je n'y crois guère... Quand quelques lignes s' effeuillent en poésie, sans forcément croiser la rime, je ne vois guère que la paresse(issue probablement d'un manque d'audace) pour pardonner ton jugement.
Sometimes, when i am blind, i think that everything around me is dark. As i can't see myself in the mirror, i believe that i'm nil.
Je reviendrai te lire, ton blog mérite une longue pause.

tanette a dit…

Rien à te pardonner, mais j'aime beaucoup la dernière photo. Bonne soirée.

Anonyme a dit…

Tu es toute pardonnée de tout ce que tu veux bien !
Continue encore à nous faire de beaux poèmes et de belles photos, évidemment c'est notre récompense...

Lancelot a dit…

Moi par contre j'adore la première photo avec ses reflets. Sans oublier bien sûr ton joli poème imprégné d'un soupçon d'italien.