jeudi, avril 09, 2009

Brigetoun ambule
dans mon Avignon tout gris j'ai tracé, dents serrées et pieds quasi fermes, une sécante, saluée au passage par un sage bienveillant

en évitant, sur la calade de la rue des Teinturiers d'imiter, avec mes jambes, le geste de cet arbre,

pour rejoindre des délinquants, fort gentils, avec une caution morale (pour Toulon si elle passe - sourire),
certains fort virtuels comme moi - mais on fait ce qu'on peut, et les gens à aider sont assez peu nombreux dans mon voisinage, comme ils doivent l’être rue de Lille ou rue du Ranelagh.
suis revenue, vers 13 heures 45, par nobles rues étroites, souvent décrépites, parfois fort belles
ai salué d'un "c'est comme ça" ! de très sots hérons et me suis ruée sur une casserole
Comme j’ai consacré un peu trop de temps (ou comme ma mule était trop lente) à faire les superbes montages ci-dessus, je suis arrivée trop tard, juste avant cinq heures, à l’hôtel de ville pour le conseil municipal qui avait été remis il y a un peu moins d’un mois

Ce qui m’a valu d’écouter, avec quelques commentaires chuchotés, assez résignés et joyeusement ironiques de notre petit groupe devenu fraternel, en équilibre sur une jambe ou l’autre dans l’étroit escalier menant au rang et demi de sièges que la ville d’Avignon octroie généreusement au public, à des empoignades sans grand talent sur la gestion par la ville et le Conseil Général de Citadis (polémique locale, et manque de sérieux dans la gestion), et la possibilité de réunions de tous les membres du conseil à huis clos. (André Castelli jouant les sages)
et j’étais arrivée à poser mon menton sur la rambarde quand on en est arrivé à la possibilité de marchés signés par la maire directement dans le cadre du plan de relance... et quand j’ai abandonné parce qu’il était un peu plus de 19 heures

mis une grosse patate à cuire, remplacé le chandail par une robe tunique et la parka par un manteau et suis repartie à l’Opéra
avec une petite réticence à l'idée d'un spectacle de flamenco programmé par un tourneur. Et, ma foi, j'ai trouvé cela superbe.
Musique : Paco Janara - deux guitares : Paco Janara et trois chanteurs : Pepe de Pura, Jeromo Segura et José Valencia - chorégraphie et danse : Eva Yerbabuena.
Des pièces dansées, plus une buleria entre deux chanteurs à écouter bouche entrouverte et tripes remuées (surtout un) et un duo des guitares.
Une liane ferme, sensuelle, décidée, parfois déchaînée, serpentine, raidie et trépignante puis éclatant, presque guerrière - dans sa seconde intervention, plus convenue, avec tout l'apparat de la très longue traîne de volants doublés, des franges, du châle, une virtuosité épatante, une jolie façon de jouer avec et de la traîne et du châle qui devient un envol de mouettes, et ce mouvement balancé des épaules levées qui la relance - dans quiero y no quiero, s'affirmant avec un brin d'arrogance puis séductrice, tentatrice, insolemment érotique, animale.

Dans l'escalier deux filles devant moi avaient trouvé cela surfait et toc et je n'étais, humblement, pas du tout d'accord avec elles

10 commentaires:

jordaenne a dit…

bonjour Brigetoun,
N'imitez jamais les arbes. Mais qui est-ce que je suis, pour donner les conseils comme cela?ha ha.

Ah vous étiez en retard à cause de votre magnifique collage. Bien je vous remecie pour cela.

tanette a dit…

Une journée bien remplie ! Heureusement que tes jambes n'ont pas imité l'arbre.

Michel Benoit a dit…

Je t'ai dit bonjour hier vers midi trente-quarante, sur le trottoir, devant le palais de justice. Mais tu n'as pas dû me reconnaître !

C'est bien ces "trajets avignonnais.

brigetoun a dit…

c'est tout moi, ça

wictoria a dit…

c'est une sacrée journée, quelle énergie, tu fais ce que tu peux mais tu le fais encore...c'est tout à ton honneur :) amicalement

micheline a dit…

Opéra
presque comme si on y était..
et pourtant je n'y étais pas!

Gérard a dit…

plusieurs petites cuisent plus vite qu'une grosse...je parle de patates. !

brigetoun a dit…

je sais bien mais le petit Casino n'en a que des grosses et j'étais trop mal en point depuis plus d'une semaine pour aller aux Halles

maria-d a dit…

Ô ! oui les danseuses de flamenco comme elles sont belles... et tu les décris si joliment ..."un brin d'arrogance puis séductrice, tentatrice, insolemment érotique, animale"... merveilleuse et rebelle... provocatrice... ... et surtout, surtout ce "quiero y non quiero" autour duquel tout se joue...
merci

pierre a dit…

J'aime bien ton arbre qui joue le montreur de marionettes.

Et pour le reste, je suis trop fatigué!