lundi, novembre 16, 2009


« Le silence qui préside à la composition des livres ne s'est pas condensé en eux, le silence auquel donne cours leur lecture ne s'est pas ramassé en eux : les livres proviennent d'une réticence de bouche au sein des langues, au regard de la voix qui plonge le silence du monde dans un silence autre. Dans un silence qui n'a pas la voix pour échelle. Ils répondent à la fois du mouvement de se taire, et d'une réticence de la langue.
.
Le caractère sauvage, inaccultrable, an-anthropoïde, non vivant, du silence... » Pascal Quignard
mais faiblette suis, et sujette aux vertiges, adoncques mon antre a toujours bruissé, doucement, et je m'appuie sur des sons, musiques ou voix, qui me rendent possible de creuser le silence de ma solitude pour entrer en lecture, et ne plus entendre.
Au vrai, ne lis pas tant en ce moment, suis attente de rien, une vieille vache mélancolique et de taille fort réduite.


Amis, je regardais, dans le lent de chez nous,
le mur qui blêmissait sous le pas des heures.

Dans le monde couraient hommes, cris et bonheurs,
amis, je regardais, dans le lent de chez nous.

Par ma porte glissait l'air frais que rendait doux,
le mur qui blêmissait sous le pas des heures.

Et le jour a passé, sans même une attente,
bruissant de rien, en longue coulée patiente.
Amis, je regardais, dans le lent de chez nous,
le mur qui blêmissait sous le pas des heures.

10 commentaires:

tanette a dit…

Ainsi donc le silence chez toi était si fort que tu n'as pas entendu la nuit descendre...
Je te souhaite une bonne nuit de récupération et que les vertiges fassent silence, eux.

jedaen a dit…

chère Brigitte, j'aime beaucoup le vers en italique,c'est votre vers?

j'aime l'action lent que le vers peint c'est nostalgique et désirable.
J'aime faire rien,comme regarder le coucher de soleil,alors un jour quand je fais ma retraite, je serais beaucoup pratiqué.

Oui j'aime faire rien. Est ce que cela met en question les horaires ha ha?{ rire un peu aggressif}.

belle journée magique.

micheline a dit…

du silence à la parole il y a tant de petits pas infirmes et menteurs qu'il faut nous consoler de n'être qu'en chemin, sans dire de gros mots!

Avignon a dit…

Comment pourrait-on faire pour publier du silence sur un blog, sans pour autant se borner à présenter une page blanche ?

pierre a dit…

Mettre le silence en exergue et non entre-parenthèses.
Le silence comme une musique de Mozart, une présence amie.

JEA a dit…

des silex blessants du silence peuvent jaillir aussi des étincelles

Gérard a dit…

Tu as de la chance d'entrer dans ce silence pour lire, un rien me distrait.

Muse a dit…

Il y a des silences tellement assourdissant qu'ils me font mal aux oreilles...

arlettart a dit…

C'est dans "l'attente de rien " que surgit alors le plus !!!!!!

brigetoun a dit…

non, le calme