dimanche, juin 13, 2010

Je dois m'interdire toute ironie sur les amateurs stressés qui font la queue à chaque premier jour que ce soit pour Harry Poter ou pour l'ipad, parce que, à une échelle moindre, mon arrivée à 8 heures 15 pour attendre, dans une légère brume fraîche, l'ouverture à 9 heures de la pré-vente de billets pour le festival n'avait pas grand chose, juste un côté minablement réduit, à leur envier.

Une ambiance agréable, sauf un groupe de trois dignes avignonnais et avignonnaises de mon âge, juste derrière moi, qui entre coups de coude dans le dos et phrases à l'ironie malveillante (et grâce à Dieu, stupide) essayaient de me rétrograder. Devant, elles étaient charmantes et j'ai laissé en souriant et plaisantant deux de leurs amies, grands-mères au programme chargé, les rejoindre, ce qui nous a occupé agréablement mais n'a pas amélioré l'opinion de mes amis suiveurs, avant qu'ils soient assommés en entendant ma liste de commandes s'égrener.

Bien entendu, nous étions dans la mauvaise file (plusieurs avec listes de mon style ce qui retarde tout de même passablement), bien entendu les billets contingentés (tant pas jour) pour la cour d'honneur étaient très demandés et je n'ai pu avoir que des places de 2ème catégorie (moitié supérieure des gradins) et au centre de rangées, qui vont m'obliger à des négociations de dernière minute. J'ai inauguré la réservation pour certains spectacles moins évidents, je me suis heurtée à quelques «complet jusqu'à lundi», je n'arrivais pas à relire une date de ma liste, et ne voulais risquer une superposition d'horaire, et pour trois spectacles (concerts) il me faudra aller au cloître Saint Louis (renoncé pour samedi :à onze heures les attentes prévisibles là bas dépassaient certainement la fin de l'après-midi).

J'étais confiée à une des plus astucieuses vendeuses de la FNAC, une amie depuis le temps, et nous jonglions si rapidement que nous avons eu droit à des félicitations pas uniquement fielleuses.

Pour le moment 27 billets, plus les lectures, les «complets» à re-tenter et le off – il ne me reste plus qu'à espérer que manques de forme et de courage ne rendent pas virtuels une partie de ces projets.

Passionnant n'est-il pas ?


Je me suis forcée à ajouter un bon plat de pâtes, asperges, fondue de tomate, colinot froid à mon petit kilo de la semaine, le rendant encore plus douloureux et suis partie au rendez-vous de solidarité avec la Palestine et d'appel au boycott, vers 15 heures, pour leur demander de m'excuser et puis ramener carcasse malade à la maison. Le soleil continuait à jouer à cache-cache au dessus de la place du palais, des tables, d'une fausse statue, des enfants et d'une noce.

Mais comme nous étions peu nombreux, je suis restée, forçant avec un succès mitigé carcasse à se faire oublier devant l'assez difficile tentative d'intéresser à la chose des touristes ouverts ou non, mais avec la barrière des langues, et des avignonnais méfiants (un certain succès en dessous de trente ans), et de grandes discussions.

Nous avons attendu une petite heure que le groupe venant des quartiers arrive, avec slogans, chants et danses minimales, créant une petite sensation, et chez moi une certaine gêne, l'impression d'une main-mise par des extrémistes ou proches. Un peu en colère devant l'indifférence qui leur livre cette cause, et peut-être, peu à peu, les jeunes qui n'en demandaient pas tant.

Et puis suis rentrée essayer les bienfaits du thé.

16 commentaires:

joye a dit…

Si tout le monde avait ta ténacité face aux guichets, on aurait résolu il y a longtemps le conflit israeli-palestinien.

Lautreje a dit…

Vitamines matin, midi et soir pour ce grand marathon !

Avignon a dit…

Pour la forme, as-tu déjà essayé ce complément alimentaire : la spiruline. Je recommande.

La quatrièmle photo me fait penser à quelque chose... ?
;)

Quant à la manif pour la paix en Palestine, j'ai été étonné par le peu de personnes : assez petit groupe sur les allées Jean-Jaurès, et quelques plantons place de l'Horloge et place du Palais.
Je n'ai pas attendu...

Et pire, cet après-midi-là je n'ai pas fait une seule photo !

brigetoun a dit…

c'est bien ce qui m'ennuie, l'indifférence polie qui fait que le gros se passait dans les quartiers, ils sont arrivés avec une heure de retard, presque pour affirmer leur propriété sur la chose, et ça fleurait tout très encadré, avec le plaisir des jeunes et jeunes filles de se défouler - un eu avant la limite du dérapage, fournissant armes à la caricature et nous ne faisions que difficilement le poids pour re-équilibrer, les trois ou quatre PC avec leur porte voix qu'ils n'ont pas utilisés, pour ne pas être en porte à faux, les jeunes étudiants et les quatre vieilles dames et deux hommes burinés de bonne volonté,. Embêtant. Comme j'avais vraiment mal j'ai abandonné. pris un thé bien chaud, et fait des navettes entre cour à balayer, pc et lit
Aujourd'hui paresse, epassage et tentative de digérer mon planning festival, un rien folding.
Carcasse est vraiment casse-pieds en ce moment

brigetoun a dit…

la noce de la quatrième photo, rondeurs en blanc, simplicité et grand charme, très sympathiques

jeandler a dit…

Etourdissante journée...
Je me demande comment des "estrangers" peuvent trouver place au festival quand on devine une telle détermination des Avignonnais pour en trouver une!

Pour les affaires de Gaza, malgré toute la sympathie que l'on peut avoir pour les Palestiniens, il y a tant de choses obscures en ces affaires, que les gens finissent par douter. Enfin, c'est ce que, provisoirement, je pense.

brigetoun a dit…

les avignonnais sont plutôt la minorité dans les spectateurs sauf les derniers et là Richard II où les places étaient très chères - on ne nous ouvre qu'un contingent pour cette journée, le gros de la location a lieu lundi et là tout est pris, très vite, par des organisations et agences

Chri a dit…

Cette année encore, je n'irai sans doute pas voir UN spectacle dans la Cour d'Honneur! La lutte armée n'est pas mon activité favorite!

brigetoun a dit…

aucun principe chez moi, l'amour du théâtre, comme éveilleur de conscience, oui, mais aussi art et dans certains cas communion et plus viscéralement et simplement comme plaisir

Mu LM a dit…

"Nous partimes cinq cents; mais par un prompt renfort
Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port
Tant à nous voir marcher avec un tel visage
Les plus épouvantés reprenaient de courage."

je suis admirative (la foule me stresse) et je vous envie pour le bouquet d'émotions /le bouquet de billets obtenu à la clé...
vive le théâtre :)

micheline a dit…

Il faut savoir ce que l'on aime
Et rentrer dans son H.L.M.
Manger du poulet aux hormones

Chri a dit…

Et pourtant j'aurais aimé, beaucoup voir Richard II!!!

Gérard Méry a dit…

Ne culpabilise pas il vaut mieux être folle de théâtre que d'Ipad ou Harry Poter

brigetoun a dit…

il ne me vient pas à l'idée de culpabiliser, j'ai une vocation de spectateur, personnage indispensable au théâtre - une tendance tout de même à la boulimie et là je me bats avec mon planning (et ne tiens pas compte des colloques, conférences de presse où je ne vais généralement pas, expositions, et des innombrables, 600 l'année dernière, spectacles du of

arlettart a dit…

Vaste programme et choisir !!!!!à l'avance ...
oui ! le doute persiste, Pierre
Bravo pour tout ce courage Brigetoun
Carcasse est solide en fait!!!!!

fardoise a dit…

J'avoue que pour les places du IN je passe par les associations et je ne fais pas la queue. Mais je suis très loin de voir autant de spectacles. Quand je vois ton programme, j'en reste baba.