mardi, août 17, 2010

Petite soeur, l'autre jour, est arrivée, volubile à sa façon, tombée en amour pour les boutiques de la rue de la petite Fustrerie, celles dont les vitrines me fournissent images et contes, comme cette table bien plus platement reproduite sur http://brigetoun.blogspot.com/2010/03/courses-aux-halles-pour-la-premiere.html

(et elle était presque déçue de constater que n'étaient pas une découverte pour moi).

Avec son aplomb courageux y était entrée,

et je le découvre en recevant une série de photos, y avait imposé son appareil et ses non-achats (moyens limités, autant que goût affirmé et souvent juste, ces legs de nos parents), sauf un petit photophore en cadeau pour moi, et dont l'inutilité n'a guère d'importance puisque ses cadeaux sont à mes yeux trop précieux pour que je les utilise (à part une écuelle raffinée qui sert à mes pitances journalières) –

et me suis souvenue d'une Brigetoun, bien plus incongrue, c'est sans comparaison à part le geste, en manteau légèrement rappé et escarpins aux talons déformés, achetant pour l'offrir à sa mère, avec un air dégagé et les sous économisés sur ses premiers gains d'exécrable dactylo, un très baroque porte-clé, l'un des objets les moins chers de la boutique de Dior, avenue Montaigne, il y a longues années de cela.

Petite série de photos fouillis, rêves de greniers de luxe où s'enfoncer, se blottir, tête tournée par trésors et brimborions embellis par ce voisinage,

dont j'ai gardé quelques unes en réserve, dont je ne prélève plus que cette dernière, plus régulière, comme d'un salon un peu (très) ostentatoire,

antithèse de mon crâne à la fois vide et en désordre de cette journée, où n'ai guère rien fait d'autre que tourner en rond et lire et rêvasser sous un ciel

que je voudrais dédier aux nordistes.

(et me lancer dans un billet laborieux, tueur de temps et sans intérêt que j'ai détruit avec une petite allégresse)

11 commentaires:

Pierre R. Chantelois a dit…

Il ne faut surtout pas s'apitoyer sur les mots inutiles qu'on renvoit aux oublietttes. Un billet laborieux pourrait-il être une suite de mots inutiles?

Pierre R.

andree wizem a dit…

les deux dernières images vont ensemble
la petite plage de bleu au milieu de l'accumulation qui prend toute son importance

micheline a dit…

j'ai toujours aimé fouiller dans les greniers même s'il ne sont pas de luxe.

Lautreje a dit…

la banlieusarde de Paris te remercie de ce joli ciel, le mien semble encore tourmenté, il a beaucoup de choses à nous dire aujourd'hui ! Moi aussi, j'avais offert un porte-clé, c'est ce qui correspondait à mon budget, et puis aussi...je ne voulais pas être perdue.

cjeanney a dit…

J'aime beaucoup ce billet, l'idée d'une dentelle de joliesses et de souvenirs happés au vol, photos ou phrases.
(mais le ciel de la fin, ça devrait être formellement interdit, ma jalousie est incommensurable, j'en trépigne et des grenouilles sortent de ma bouche quand j'éructe :-))

joye a dit…

Sans intérêt ??? brige, je n'ai jamais rien vu chez toi qui n'avait pas d'intérêt, alors, je te supplie d'abolir ta peine de mort pour les articles !!!

Merci pour les photos de la boutique, je n'oserais jamais y mettre le pied, je crois.

fardoise a dit…

Rêvasser n'est jamais perte de temps, et merci pour la visite de cette boutique.

brigetoun a dit…

en fait il y en a au moins deux (parce qu'il y a une photo sur laquelle je n'identifie pas les objets)

Anonyme a dit…

Caverne aux trésors ou fouillis des grands parents ....parfois un objet fait tilt et le coeur se souvient pour "retomber en amour" j'adore ce terme de petite soeur
Vous trouvez toujours Brigitte les images et les mots qu'il faut
Merci pour cet instant de nostalgie
AA

Gérard Méry a dit…

C'est la caverne d'Ali Baba

Anonyme a dit…

Encore un billet au charme un brin désuet :-)
Brimborions ??? encore un mot à découvrir, merci Brigetoun pour tout ce que vous m'apportez...

Bon aprè-midi.