samedi, avril 14, 2012

Volcanisme intérieur – acte gratuit - culture


Au réveil, nez de clown en pleur perpétuel et magma intérieur enflant crâne trop enclos dans sa boite, éclatant en mitraille avec vision sursautante du monde.

Tant fort que ne pourrait durer, que n'a pas duré.




Me voulais sans volume ni surface, fil, mât, roseau, pour ne pas donner place à ce sacré rhume, me sentait fil, mât, roseau, penché en moindre effort, hors de vue, mais se projetant pour ne disparaître que du désagréable, attendant, en marge toute de douceur, la beauté du réel,
jusqu'à lumière, envol, libération, tentative d'intelligence, ouverture au monde.

Forte de quoi, suis partie, en fin d'après-midi, avec, pensais-je, un léger retard parce que carcasse exigeait mise au point, vers l'Université pour une réunion sur le thème «soutenir l'accès à la culture et à la création artistique» avec Aurélie Filippetti, Vincent Peillon et Claude Haut (le président du Conseil Général), parce que cela m'intéressait et que j'avais envie de rencontres.

Et ce fut acte gratuit, une fois encore (me suis un peu trop coulée dans l'irresponsabilité oisive de la retraitée). Avançant, je sentais que malgré le quart de lexomil, l'imperméable finalement inutile, le veston qui l'était fort, utile, le carnet de note, l'appareil dans la poche, quelque chose n'allait pas.. ai fouillé le sac, en arrivant au début de la rue du Commerce, trouvé l'annonce du journal que j'avais prise instinctivement, et constaté que je me trompais d'une demi-heure.


Ai renoncé, fait provision de «petit marseillais» en produits pour douche, shampoings, de miel et de confiture corse, et suis rentrée, un rien marrie, un tantinet honteuse, foulant à nouveau les traces des mariages du jour.
Cherché un peu pendant que dîner cuisait, trouvé ceci :
et puis, un peu long et peu détaillé (difficile de faire autrement)
Dans le programme du PS (généralités)
« La création, c’est le mouvement de la société, c’est le patrimoine laissé aux générations futures. Accompagner les créateurs, trouver les nouveaux lieux de création, de répétition et de diffusion, croire dans les potentialités des modes de diffusion numérique, promouvoir la diversité culturelle, c’est aussi assurer l’égalité. Égalité entre les territoires, égalité dans la promotion des talents afin qu’ils irriguent les scènes du spectacle vivant et qu’ils s’imposent sur les canaux audiovisuels, égalité entre les citoyens dans l’accès à l’art en faisant de l'éducation artistique une priorité et en faisant de l’espace public un lieu privilégié de diffusion et d’échanges.
L’adaptation du droit d’auteur à la révolution numérique passe plus que jamais par l’émergence d’un nouveau modèle économique réellement rémunérateur et redistributif pour les ayants droit et non par des lois pénales que nous abrogerons.
Enfin, parce qu’il n’y a pas de projet culturel sans ambition éducative, nous mettrons en place un plan d’éducation à l’art, à la culture et à la pratique sportive, aujourd’hui insuffisamment développés dans le cursus scolaire comme en dehors de lui.»
Dans les 60 engagements de François Hollande
«Je lancerai un plan national d’éducation artistique. Je soutiendrai la création et la diffusion qui sont le levier de l’accès de tous à la culture. J’établirai entre l’État et les collectivités locales des contrats visant à doter le territoire d’un maillage culturel mieux coordonné et plus efficace. Je ferai voter une loi d’orientation sur le spectacle vivant et je reprendrai le chantier du Centre national de la musique, pour en faire un outil au service de la diversité culturelle. Je reviendrai à un taux de TVA à 5,5% pour le livre et la billetterie, et je lutterai pour la survie des librairies indépendantes.»
«Je remplacerai la loi Hadopi par une grande loi signant l’acte 2 de l’exception culturelle française, qui conciliera la défense des droits des créateurs et un accès aux œuvres par internet facilité et sécurisé. La lutte contre la contrefaçon commerciale sera accrue en amont, pour faire respecter le droit d’auteur et développer les offres en ligne. Les auteurs seront rémunérés en fonction du nombre d’accès à leurs œuvres grâce à un financement reposant sur les acteurs économiques qui profitent de la circulation numérique des œuvres.»
le tout à décliner et adapter selon l'état des finances, of course. 

8 commentaires:

Danielle Carlès a dit…

nez de clown : votre rhume prend la dimension 'un événement cosmogonique, n'ayons pas peur des mots, d'où s'extrait un être en attente de lumière, très joli !

Pierre R. Chantelois a dit…

Votre nez ne ressemble pas à celui de Cléopâtre. Un bon point en votre faveur. En ce qui concerne les élections présidentielles à venir, il y aura d'amères déceptions ou de grandes festivités. C'est toujours ainsi. Depuis longtemps, pour ma part, j'ai basculé du côté des désillusions.

Dominique Hasselmann a dit…

L'essentiel, déjà, est de "dégager" (comme dirait le sympa Poutou) le chef de Frédéric Mitterrand qui aspire d'ailleurs à aller faire autre chose que de la figuration.

Un rhume, ça se débouche, comme un pouvoir encombrant.

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

Des parterres de confettis : des dizaines de petites fées et de petits chevaliers carnavalaient dans les rues.
Ils étaient malheureusement (et nécessairement sans doute) un peu noyés dans une foule d'adultes accompagnant. Ce qui m'a privé de l'envie de faire des photos.

joye a dit…

L'art, chez toi, c'est in-nez.

;-)

Je crains pour monsieur Flamby. Qu'est-ce qui va arriver lorsque l'argent qu'il faut pour sauver la France ne tombe pas immédiatement du ciel le lendemain de sa victoire ?

=8-o

brigetoun a dit…

il est sans doute meilleur (pas difficile) pour gérer qu l'actuel
et il fera avec c qu'il pourra à partir du désastre

Gérard Méry a dit…

Il vaut mieux Hollande que Fanfan le tulipe

jeandler a dit…

Enfin éclairé: je comprends la structure et la nécessité de ces merveilleux lampadaires tout en coude...
Gérer un désastre n'est jamais aisé et celui-ci sera particulièrement grattiné. Bon courage à celui ou celle qui relévera le gant.