vendredi, juin 29, 2012

Météo de jeudi


Un ciel blanc de chaleur en allant vers les remparts et la lumière - le bleu qui régnait sur les rues..

Un recul devant l'installation, prévisible pourtant, de ce gros serpent générateur de malaises
Souhaiter qu'il ne fasse pas trop chaud samedi prochain pour supporter le choc..

Tenter de gommer douleurs et marécages intérieurs - Voir un tendre, ample, panache blanc s'élever – souhaiter qu'il emporte tout avec Brigetoun et même Brigitte, parce que  lassent.
Voir le ciel varier au long du jour.
En rester là.

9 commentaires:

Pierre R. Chantelois a dit…

Se laisser glisser sur un nuage et se laisser porter par ce dernier devraient être tout de douceur, presque comme dans une ouate.

JEA a dit…

merci pour ce panache qui change joliment du seul traînant des pieds dans un coin d'Ardennes où une centrale nucléaire française à été construite à moins de 5km de la Belgique, question sans doute de concrétiser une Europe partageant les risques majeurs

brigitte celerier a dit…

si vous voulez du nucléaire venez par chez nous on a ça et pas une petite centrale

jeandler a dit…

En vol statique. Avec de la hauteur, voir venir de loin les nuages.

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

La torpeur, vous dis-je ! La torpeur !
C'est l'été...

D. Hasselmann a dit…

Les toboggans sont de toutes sortes : il leur manque des fois la transparence.

arlettart a dit…

Tapis volant ... mais le moelleux du nuage est plus confortable

joye a dit…

C'est quoi l'objet dans le ciel, brige ? On dirait que le nuage essaie de le rattraper, on voit bien son pouce et son index !!!

Gérard Méry a dit…

Si l'automne était en juillet on aurait moins chaud