vendredi, août 10, 2012

Une fenêtre


Ce serait

se tenir derrière cette fenêtre entrouverte, parce qu'on a toujours un peu envie de voir l'intérieur de ces belles bâtisses que l'on longe
se tenir derrière cette fenêtre entrouverte, pour le plaisir de s'y glisser, de se pencher, de saluer le couple voisin, de tenter une conversation
Ce serait se dire que c'est stupide, qu'ils resteront aussi dignes et muets que toujours, ou plutôt plongés dans leur seul entretien
Ce serait se dire qu'il est plus simple et moins acrobatique de leur parler depuis le parvis, juste en levant les yeux et la voix
Ce serait savoir qu'ils ne répondraient pas, qu'ils continueraient à m'ignorer comme le font depuis tant de temps que je passe devant et sous eux.
Ce serait penser leur parler une fois, juste essayer, ce serait se dire qu'il vaut mieux attendre la foule blasée du mois de juillet pour s'y risquer.

12 commentaires:

tanette2 a dit…

Ils ont l'air "si vrais" que ce serait une expérience à tenter....pourquoi pas...?

Wictoria a dit…

ta fenêtre n'est pas mal non plus :)

Pierre R. Chantelois a dit…

Je dirais qu'il y a deux types de voisins. Le voisin bavard et le voisin muet. C'est tout l'un... ou c'est tout l'autre. Et entre les deux... le bonheur!

Dominique Hasselmann a dit…

Parfois la fenêtre trompe l'oeil comme le ciel l'oreille.

JEA a dit…

s'ils restaient de marbre, ce serait un cas rare...

jeandler a dit…

Passant de l'une à l'autre. Attention aux courants d'air. Mais d'ici, la vision n'est-elle pas plus belle ?

arlettart a dit…

Trompe -l'oeil trompe -coeur
tout n'est qu'illusion

mémoire du silence a dit…

Comme est beau votre conditionnel.
J'aime. ;-)


les fenêtres nous disent ici de belles choses

Staive a dit…

Une fenêtre, un tableau, une découpe de la pensée.

Anonyme a dit…

very Good postThank you!

joye a dit…

J'aime !

Gérard Méry a dit…

histoire de jeter la beauté par les fenêtres