dimanche, mai 12, 2013

Grande marée de roses... et quelques broutilles


Ciel pur, mistral somnolent, ai pris nouvel appareil, ai hésité à y installer la carte mémoire de l'ancien, selon conseil du vendeur, décidément très près de mes sous, mais il semblait vouloir fonctionner, ai pour lui longue amitié, ai pris les deux

gardé le familier en main, et m'en suis allée un peu après dix heures, pensant éviter l'attente du mitan de l'après-midi

et ma foi, j'avais raison, ai grimpé l'escalier seule, en majesté, ai attendu dix minutes, ou moins, pour prendre mon billet,

pris en main le nouveau dans la cour d'honneur pour lui offrir le mur,

ai repris l'ancien dans le couloir d'accès au cloître, et dois vous supplier maintenant de me pardonner parce que fut frénésie de photos et incapacité d'en jeter (enfin juste six – plus sept ou huit gardées pour un échange décidé à midi) alors c'est une avalanche, une dégueulade, une litanie – je peux juste évoquer le temps mis à les récupérer avec mon circuit chargement/Picasa-sans-modifications-la-plupart-du-temps/exportation/enregistrement repérage et mise en place, même si c'est le résultat de ma sottise

repris le nouveau pour un petit coup d'oeil rapide sur le cloître, les premiers rosiers, 

et suis grimpée dans la pièce où ceux qui le voulaient (et les enfants) apprenaient à faire des bouquets, 

suis tombée en contemplation, au fond de la salle, à côté du bar et des toilettes, devant des orchidées 

et là l'appareil m'a dit j'ai plus de mémoire, alors ces deux photos et toutes les suivantes sont l'oeuvre de mon vieux copain... et moi je me tais, ou presque, vous laisse dégringoler le long des couleurs, formes, senteurs, ... si le voulez bien


et vous remercie, mais ce n'est pas fini...

Dans un coin, après la relève,


sous l'escalier montant vers la galerie haute, c'était le domaine, assez fascinant

des orchidées..

en sortir, prendre l'escalier, aller d'encoignure en encoignure, et louper photos (jetées) bouffées par violence ombre/lumière

descendre trois marches et se retrouver dans le bel espace du grand tinel, 


où sont exposées les «compositions florales» des fleuristes locaux.


Dans la salle suivante, à côté d'une collection de carreaux récupérés, j'ai voté pour mon rosier préféré, en visiteuse consciencieuse... et puis ce fut le trajet obligé dans le palais, le plaisir grand du jardin secret du pape, au dessus du verger d'Urbain V, ouvert exceptionnellement, l'achat d'un rosier, le trajet vers la FNAC et une carte mémoire, mais, sais pas vous, moi j'en ai largement assez (euphémisme) donc si je ne vous ai pas dégoûté, revenez demain...
Pauvre Paumée...
quant à moi ai rien fait de ce qu'aurais dû (me demande à quel âge je découvrirais le charme de la mesure)

11 commentaires:

Gerard a dit…

Les couleurs jaillissent de ton nouvel apn

brigitte celerier a dit…

sauf que c'est de l'ancien (à part quatre ou cinq) par faute de carte mémoire

Francis Royo a dit…

Deux appareils photo! C'est le bouquet.

Dominique Hasselmann a dit…

Cool pics...

Fleurs et pierres : bel ensemble.

Françoise Dumon a dit…

On y est Brigitte, il ne manque que le parfum. Pour la carte mémoire, j'en ai acheté une seconde, pour le petit APN, bien sûr non compatible avec le gros appareil, juste pour avoir plus de place lorsque je veux faire des photos sur plusieurs jours.

brigitte celerier a dit…

elle est achetée et en place, le vendeur protecteur m'a permis d'être dépensière

jeandler a dit…

Des roses posées sur ton chemin. N'ai pas mémoire que par le passé, tu aies exploré ainsi dans tous ses recoins - fleuris - le Palais. En Mai fais ce qu'il te plait.

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

Ben, il marche très bien ton ancien appareil ; il y en a même de splendides... o.O

brigitte celerier a dit…

merci - et oui l'aime bien cet appareil, seulement il fait maintenant parfois des caprices et se coince fermé (jusqu'à vide batterie)

Pierre R. Chantelois a dit…

Avignon en fleurs. Beau beau et beau. Et la morale de cette belle histoire fleurie : ne pas jeter aux rebuts un vieil ami.

arlettart a dit…

Magnificence des fleurs sur fond de pierres historiques et rayon de soleil discret
Bel acte de transmission de pouvoir
Garde le encore un peu au fond du sac en copain protecteur