dimanche, juin 30, 2013

Chronique du dernier jour de juin


La ville s'ébroue lentement. Quelques théâtres provisoires entament leur transformation (mais pas tous, et l'affichage est interdit avant le 5 juillet, avec une idée navrante – à mon goût – de la municipalité qui prohibe les guirlandes en travers des rues – étaient plutôt joyeuses, surtout par mistralounet, et rendaient un peu moins sauvage la lutte pour trouver des emplacements)

la climatisation que tant je déteste a serpenté vers l'opéra, me fait regretter juste un peu moins de ne pas avoir eu tous les billets que désirais pour les spectacles des anciens (Regy, Delbono, Nadj etc...) qui y sont programmés

et, dans un joyeux échange d'injures très couleur locale, en cris aillés, les ouvriers montaient sur la place de l'horloge la baraque des produits dérivés du festival officiel

avec un tag qui bat tous les records de rapidité

Suis passée voir une petite exposition-vente de sculptures juste un peu tard... on la démontait...

et ne suis pas sure de le regretter...

simplement navrée pour ces gentes dames qu'elles perdent leur cadre éphémère...

En attendant la foule des individus, nous n'avons actuellement que des fournées, classées par âges – et, zut, je suis en marche, lentement, lentement, vers la lourdeur qu'on nous attribue.. -

pressées, disciplinées

à corps parfois défendant, grimaçant.
Sans intérêt... sans doute, le reste fut lavage cheveux, soleil bu, lectures et vagabondage de semblants d'idées, 

passages lents de longues nappes de nuages après la clarté du matin, heures déroulées..

11 commentaires:

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

Élégance du trente...
Vu que ce mois-ci on ne pourra pas se mettre sur son trente-et-un.
(:|)

Dominique Hasselmann a dit…

Le Festival se prépare, on chauffe les planches...

maria-d a dit…

Cette tenture bleue
un ravissement ....

Beau festival, je le souhaite
et belles rencontres pour vous Brigitte

merci

Pierre R Chantelois a dit…

Une certaine fébrilité... que montrent bien les photos et les commentaires de l'auteure.

jeandler a dit…

Cela me fait souvenir de la mer démontée de Devos.

Lez a dit…

Une fin poétique sur fond bleu reposant.
J'ai bien aimé les photos en reflets des venus callypiges
( et le problème.. c'est que je ne maîtrise pas l'orthographe de ce mot, introuvable dans mon dico)
Lez

Françoise Dumon a dit…

Quelle couleur finale, un ciel à faire damner un peintre, ou l'outremer domine. Ai bien aimé aussi les vénus callipyges et cette promenade d'avant festival mais avec déjà la foule.

JEA a dit…

ici, franchement, c'était le dernier jour de mars ou de novembre, un peu des deux, mais juin, à part feu un maréchal qui s'y croyait, juin est une abstraction

arlettart a dit…

Les gentes dames en leur jardin effarouchées devant le grand chambardement de Vendredi
Que de choses tu nous conteras en images insolites

Gérard Méry a dit…

Tes gentes dames sont au sauna ?

brigitte celerier a dit…

pas si chaud que !a le sauna