mercredi, juin 19, 2013

Ma chance


Moral qui fait des loopings, 
et chance dans les rues d'Avignon, où avancer en fracturant la chaleur qui nous vient, à laquelle devons ajuster nos corps pour qu'ils s'y épanouissent.
Lundi, banque – excuses, petits rires d'excuses, et délivrance de ma carte bleue retrouvée.

Lundi, rue, prendre temps de remiser la colère que m'étais fabriquée pour obtenir que le problème soit pris au sérieux, partir, pas dansant - comme le peuvent - mon soulagement, nez au vent, avec une partie de la liste des billets manquants en mémoire, dédaigner la rue Joseph Vernet et le chemin vers l'antre, la traverser

continuer (passer sous ce balcon que j'aime pour sa robuste noblesse et la simplicité de la bâtisse auquel il s'adosse)

vers le cloître Saint Louis où patientait une jolie petite foule, caquetant aimablement, mais présente, très abondamment présente.. prendre numéro de passage, calculer que trois heures d'attente au minimum, renoncer

et rentrer en musant,

en passant par le Syndicat d'initiative pour acheter, par principe, qu'elle me serve ou non, une carte pour le off. Comme, chaque année, la photo est si parfaitement affreuse que, même avec humble conscience de ma bouille, j'en ai honte, ai fait une belle grimace.. c'est parfait ainsi.
Essayé de retenir place par téléphone (eu juste droit à un discours en anglais puis français)

Bagarre machine, petits caprices plus ou moins larvés d'adolescente très retardée, départ sous un ciel d'un bleu délicat.

Les fumeuses de l'escalier de secours, en grande discussion lundi en fin de matinée avaient, me semble-t-il, changé de tenues, mais...

Plaisir de constater que nous n'étions plus qu'une petite vingtaine à attendre l'ouverture des guichets

plaisir du classicisme calme et noble des bâtiments.. plaisir du ping-pong verbal, noms et souvenirs se croisant... plaisir de deux têtes connues

plaisir de la coupole qui me rappelle la corde raide... regret pour les trois spectacles d'artistes invités et le programme des sujets à vif qui vont me manquer définitivement je pense, renoncé à deux autres parce que plus vraiment envie, et trouvé pour deux des spectacles de la Cour d'honneur de superbes strapontins au deuxième ou au quatrième rang, justement ce que je désirais.
J'ai trois billets à donner ou vendre.

Salué la féminisation des métiers, et suis rentrée dans l'antre.
Petite bagarre avec machine, qui semble en partie gagnée, et du coup petite bagarre avec ma décision, ferme, oh si ferme, de déconnexion, de me cantonner à ma solitude...
Et puis, pendant que le soir tombait lentement, après avoir abreuvé les plantes, ployant de soif, me suis assise sur ma dignité, ai mis des mots, n'importe comment, sur ces photos que (par distraction ?) j'avais prises.
Bon, même si machine, à part photos mal gravées et perdues, semble revivre sans trop de langueur, suis pas certaine d'avoir pep et envie suffisants pour nourrir Paumée pendant festival... petite vieille se fait économe de forces, et puis n'ai guère d'illusions à propos d'éventuels lecteurs.

10 commentaires:

tanette2 a dit…

J'aime aussi le balcon et la place avec ses gros platanes. Economise tes forces pour assister au festival et ne confie à Paumée que tes coups de coeur selon tes envies, nous t'attendrons patiemment.

jeandler a dit…

La carte retrouvée. La banque va sauter.
Avec ou sans, j'écris ton nom que je découvre avec deux d'accents !

Fidèle lectrice a dit…

N'oubliez pas qu'on peut lire régulièrement vos billets sur un agrégateur de news (c'est mon cas), et que dans ce cas on ne vient pas sur le blog, ce qui peut expliquer dans les statistiques un faible nombre de visites. Moi je suis sûre que vous avez de nombreux lecteurs....

Dominique Hasselmann a dit…

Cette cour avec des arbres me rappelle des souvenirs...

Le festival est aussi dans la mise en scène des bâtiments.

Un éventuel lecteur.

brigitte celerier a dit…

oh oui, mais je suis sotte et lasse, un peu, et ce sont les variations des réactions non-réactions des bidules "sociaux" qui me mettent idiotement à mal le matin (devrais me moquer de me sentir devenir en trop, même en semblant flatter)

brigitte celerier a dit…

merci Dominique mais je me constate lente et ayant besoin de temps de récupération, on verra... si sens que n'y arrive pas réserverai forces au présent, quitte à revenir dessus dans la paix d'août

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

J'aime aussi ce balcon.

Pierre R. Chantelois a dit…

Beaucoup de verticalité dans plusieurs de vos photos, Brigitte. Mode portrait en lieu et place du mode paysage. Un signe que vous retrouverez rapidement la bonne humeur si utile à la posture verticale ;-)

brigitte celerier a dit…

ô photographe ! (jolie cette idée)

Anonyme a dit…

détrompez vous, vous avez des admirateurs et admiratrices ;) j'attend avec impatience chacun de vous billets, ils rythme mes jours. donc, j'adore (je ne sais mettre mots sur mes photos, suis photo tout court) et je suis en anonyme juste parce que l'informatique, Id, identifiant sont des noms barbares pour moi :$)