samedi, octobre 12, 2013

Broutilles d'une journée et entrée musicale dans la nuit

premier réveil tardif, plaisir de lectures et d'échanges sur twitter, rapidement, et d'entendre, accord ou non, fonctionner l'intelligence de Pierre Nora sur France Culture... me suis rendormie benoîtement.
Réveil en catastrophe avec une carcasse qui se refusait, un oeil, des jambes qui se voulaient indépendants et crispés... sortir dans la rue hivernale pour quelques courses rapides, un peu comme séparée de moi, mais cravachant la machine qui ma foi obéissait vaille que vaille.
Retour pendant que s'imposaient peu à peu la beauté du ciel bleu froid battu par l'éclair des ailes éblouissantes d'un pigeon lancé vers la tour de Saint Agricol, la douceur frissonnante d'un feuillage, allonger le pas dans la descente, glisser, la crispation s'évanouissant, jusqu'à l'antre, entreprendre, les mains retrouvant souplesse, les fautes se raréfiant, de recopier pour http://brigetoun.wordpress.com un assez long (que cela me soit pardonné) un passage lu il y a plusieurs soirs, et qui me trottait en mémoire, dans Proust est une fiction de François Bon (j'en savoure une vingtaine de pages chaque nuit, avant plusieurs pages de cent quarante signes d'Alain Veinstein, pour accompagner le souper et l'approche du sommeil, reconnaissant avec plaisir les entrées qui m'avaient le plus frappée, en découvrant d'autres)
Lire un peu les blogs familiers.
Laisser couler le jour, comme pouvais, rafraîchir robes sorties des housses. Suivre un peu, en grommelant intérieurement, la discussion sur les retraites à l'assemblée – ce qui est la petite base sur laquelle se déroulent mes journées ces temps ci – tout en partant en promenade à Tarascon sur google-maps... (beauté de la lumière de novembre sur la campagne)

et partir vers l'opéra pour un concert et quelques découvertes (j'avoue : Hérold et Alcan, sans aucun remord - j'ai bien d'autres trous, à foison)

un concert de bonne musique, certainement, que j'ai goûtée avec un grand détachement, de la musique qui nécessite la présence d'un triangle et même ses discrètes interventions.
Cela commençait par l'entraînant pa-pa-pa-poum ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti pa-pa-pa-poum de l'ouverture de Zampa de Hérold, un peu d'angoisse, un peu de charme campagnard, un peu de fête etc... une grosse machine avec tous les thèmes de l'opéra, comme il se doit, et une un peu trop franche façon de les faire se succéder.
Et puis, arrivée de Romain Descharmes pour le concerto de camera n°1 d'Alkan, beau sans doute, avec une très belle partie de piano, jouée de façon sensible par Romain Descharmes, et j'étais charmée, mais avec un détachement légèrement distrait, à cause du caractère très extérieur, plus inventif pourtant que chez Hérold, de ce qui enchâsse ces moments de danse, de grâce (la distinction est de mon fait, le pianiste se coulait dans le jeu de l'orchestre, mais je n'entendais que lui)
la douceur du violoncelle et le plaisir de l'ouverture de Guillaume Tell de Rossini (pas celle que je préfère, mais tout de même ! Oui)

en récompense après le froid de la place pendant l'entracte, le concerto n°2 en sol mineur de Saint-Saëns, et le plaisir de retrouver Romain Descharmes : la franche attaque de l'andante, la reprise par l'orchestre, la flûte ramenant le solo de piano, la douceur méditative, le beau dialogue avec les violons, etc... la légèreté dansante de l'allegro, et la cataracte du presto final.
et puis les suites de l'arlésienne n°1 et n°2 de Bizet, plaisantes, dont me serais passée, qui ont plu.

Et un retour à grands pas emportés par la pente.

9 commentaires:

arlettart a dit…

Broutilles prometteuse en harmonie de couleurs des plus réussie
Merci pour commentaires éclairés , (ne connais pas bien )

Dominique Hasselmann a dit…

Hérold : je connaissais le peintre surréaliste, pas ce musicien...

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

D'étonnantes photos détonantes.
:D)

jeandler a dit…

À " pas compté " pour une broderie.

brigitte celerier a dit…

Michel sais pas d'où vient le rouge de la dernière, de toute façon me battait avec mes mains, mon appareil... décidé d'en faire principe -

ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ a dit…

C'est le sang des pierres de St-Agricol.
On ne peut pas le voir à l'œil nu.
Il faut que ce soit par un médium photographique, et la nuit.

(o_O)

brigitte celerier a dit…

c'est un sang plus ancien
c'est le sang des grandes arcades du bâtiment ou soutènement de la terrasse du forum en haut de la rue Saint Etienne
sang vénérable

joye a dit…

Merci pour cette journée passée chez et avec toi, brige.

Gérard Méry a dit…

pa-pa-pa-poum ti-ti-ti-ti-ti-ti-ti pa-pa-pa-poum, ah cette musique classique ! ! !