lundi, novembre 18, 2013

en rien


Ce serait vouloir fuir dans le neutre, le flou, un néant tout de douceur
ce serait y avoir frais, un peu, mais pas tant
se pelotonner, tout fermer
ce serait laisser tourner quelque part le désarroi devant cette fâcheuse paresse à décider ce qui vaut de continuer
ce serait se désintéresser de sa vie
ce serait pourtant encore être tenue par le noyau dur, quelque part, en haut à droite, en dehors de la photo, le noyau présent, toujours, et qui diffuse et se perd dans ce flou.

7 commentaires:

jeandler a dit…

Du flou avant toute chose.
Le monde s'estompe; un peu de douceur ne nuit pas en ce monde de brutes.

brigitte celerier a dit…

MERCI à toi

cjeanney a dit…

le noyau dur, chacun le sien et il est différent, mais nous rassemble, même fratrie

Dominique Hasselmann a dit…

La nef des flous : le net des fous ?

tanette2 a dit…

Un flou... artistique comme tes écrits dont je me délecte tous les jours.

Pierre R Chantelois a dit…

Se réfugier dans l'immatériel et dans le virtuel nous repose des poids lourds de la vie. Ces boulets qui s'imposent à la fragilité de la vie.

Gérard Méry a dit…

Toi au moins tu oses, j'adore tu résumes tout en une photo.