mercredi, décembre 25, 2013

Puisque sommes le 25 décembre,


puisque point n'ai à dire,
puisque de Noël je garde la morue (euh pas uniquement ce jour), la pâte de coing, les chocolats et autres et surtout les santons
mais point, pauvrette et seule, les trois nappes blanches, les bougies ni les treize desserts (d'ailleurs n'aime ni nougat, ni mendiants) – ni sapin, ni père Noël, ils n'étaient pas encore descendus vers le sud dans mon enfance
juste les poser là les santons, comme peuvent, et juste, il s'est imposé, un peu de Nicolas Saboly, auteur des plus beaux Noëls provençaux et avignonnais

les raffinés d'abord venus de Saint Pierre
Toutis ensèn
Se soun mes en campagno,
Toutis ensèn
Em'un fort marrit tèms
Tous ensemble – ils se sont mis en route - tous ensemble – avec un fort mauvais temps

ou de Saint Didier, avec une vierge, vêtue comme une princesse, qui a fui mon appareil
Es bèn verai que li gènt di mountagno
Soun fa à tout, crégnon rèn la magagno ;
S'en van, s'en van,
E laisson si caban...
Toui sis bit soun que de telo griso.
Soun toi trauca, ié veson la camiso
Li trau, li trau
Tènon pas gaire caud....
Il est bien vrai que les gens des montagnes – sont habitués à tout, ils ne craignent pas la fatigue – ils s'en vont, ils s'en vont – et laissent leurs manteaux...
Tous leurs habits ne sont que toile grise – ils sont troués, on y voit leur chemise ; ) les trous, les trous – ne tiennent pas très chaud.....

et puis, si timides qu'ils refusent les photos, surtout les petits, tous les personnages qui forment mon petit peuple
Lou capèu bas e la tèsto courbado,
Van, tout courrènt, saluda l'acouchado
E fan, e fan
La coulado à l'Enfant.
Le chapeau bas et la tête inclinée – ils vont, en courant, saluer l'accouchée – et font, et font – la révérence à l'Enfant.

Laisson au sou
Dous o tres bon froumage.
Laisson au sou
Une dougeno d'iou.
Ils laissent au sol – deux ou trois bons fromages – ils laissent au sol – une douzaine d'oeufs.

Jousè ié dis : Fasès que fuguès sage,
Tournas-vous en, e fasès bon vouiage !
Bergié, bergié,
Prenès vosti coungié.
Joseph leur dit : Soyez sages, - rentrez chez vous et faites bon voyage ! Bergers, bergers, - prenez votre congé.
Pauvres d'eux que j'ai malmenés, pauvres de vous, gentils passants, qui en avez indigestion,
que ce jour vous soit chaleureux et joyeux.

14 commentaires:

joye a dit…

Merry Christmas, brige!
Big bisou !!

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

Crèche à St-Pierre
N'ai pas pu faire
Elle n'était pas encore montée avant que je parte.
D'ailleurs St-Didier n'était pas finie ni éclairée et les Carmes pas encore éclairée non plus...
Vas-tu offrir un décor à tes hôtes de terre ?

brigitte celerier a dit…

non, les pauvres, ils sont prévenus, jamais de décor avec moi

Francis Royo a dit…

Je me prends encore une fois à regretter que la langue d'oïl l'ai emporté.
Pensée amicale en ce jour chère Brigitte.

Isabelle Pariente-Butterlin a dit…

Merci de vos vœux et de la couleur que vous mettez dans vos textes, et dans nos yeux. Tout un univers recréé et toute la profondeur de champ de l'enfance. Que ces jours vous soient doux et qu'ils soient comme vous aimez qu'ils soient.

mémoire du silence a dit…

Beau Noël à vous
qu'il vous soit de douceur et d'amour
coloré et chaleureux

brigitte celerier a dit…

merci à tous
et bon Noël à vous
le mien est, honte, traditionnellement, fuite

cjeanney a dit…

Oh le beau petit peuple ici, une joie de les voir tous (mais uniquement grâce à toi Brigitte, et les entendre pareil, tu es la fée des santons :-))

DUSZKA a dit…

Jolies images : les santons portent toute la généreuse façon des artisans/paysans. Chez nous Noël de tendresse, le fils parti et son dernier Noël si douloureux, si courageux pour ne rien gâter de la fête nous habite toujours.

jeandler a dit…

Bon Noël à toi au milieu de cette foule si colorée, tant de bon aloi, un régal pour les yeux que cette collection que l'on se prend à rêver à son enfance.

Pierre R Chantelois a dit…

Beau à pleurer des larmes de joie. Mes meilleurs voeux. Partageons cette bénédiction de Dieu dans la solitude... comme l'a si bien composé Franz Liszt.

arlettart a dit…

Le jour est encore là pour chanter Noël si joliment avec tes santons et cette langue Provençale plus belle encore qui les habille
Douce Nuit à toi et toutes celles à venir

Gérard Méry a dit…

Tu leur parles patois à tes santons

brigitte celerier a dit…

patois ?
C'est une LANGUE