dimanche, février 02, 2014

Lumière grise, yeux pleins de rhume


nuque qui réclame soutien de la main, yeux gourds, aiguille froide perforante au centre du front.. tenter de pénétrer dans le jour, de suivre tweeter
une douche qui balaye assez les miasmes pour qu'idées viennent, que décision minimale prise pour le jour : tu passes chez le teinturier, pour qu'avant de jeter l'appareil de photo cuivré, j'ouvre son volet énergie, et que je reste béante devant l'absence de l'accumulateur... que je passe la main dans toutes les poches du sac pour le trouver, se cachant soigneusement.. que je conclus qu'un lutin mutin, taquin s'est amusé de moi, ou qu'un grain de folie m'habite, que je souris à cette idée, saisisse l'ancre du sac, enfonce un chapeau, sorte
et vois que la rue, la ville, est morte, tristement, enfoncée dans le rien.

Marcher, tête droite, comme une porcelaine fragile, yeux cherchant à s'accrocher à une touche de couleur... tenter de me satisfaire d'un peu de bleu et de jaune  racornis

revenir, en légers frissons, de mouchoir en mouchoir, yeux pleins d'humidité froide, entre pierre, ciel tué, vêtements noirs, gris, bruns ternes... et négliger de petites taches rouges avec mauvaise foi..

en arriver à se réjouir presque avec le vert fané du palmier au coin de la rue
passer le jour... petites périodes où mes yeux se libéraient pour lire, 
passer le jour... sentir le rhume monter... puis commencer à me quitter
passer le jour... écouter musiques douces.

5 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Mauvais moment à passer : rhubarbe des rhumes...

brigitte celerier a dit…

c'est quasiment passé - bien fort et bien court

arlettart a dit…

"Tout est dans la tête" disait ma Grand -Mère Cela va passer!!!!
Bon courage tout de même

Isabelle Pariente-Butterlin a dit…

Que j'aime votre sagesse douce, comme une étoile dans la nuit intérieure.

Gérard a dit…

La musique adoucit les rhumes