dimanche, mars 23, 2014

Samedi il pleuvait aussi sur Avignon..


et m'en suis allée vers le local de campagne, sur un coup de téléphone, chercher ma «feuille de mission» pour mon bureau de vote

sous un petit parapluie qui oscillait sous l'effet combiné de ma distraction, de petites bourrasques, et de mes fouilles de sac, dans la recherche de bonbons, mouchoirs ou appareil de photo,

luttant, de plus en plus facilement, contre l'obsession-cigare (me limite depuis une semaine à deux ou trois par jour) et souriant en découvrant une vague allusion dans le ciel,

marchant, rêvant, ou pensant, les yeux glissant sur les façades, les gens que je croise, avec ou sans parapluie, freinant, grâce à la pluie, et un vague souvenir de mon but, mon envie de flâner sur le marché des Carmes...

distraite, tête perdue, suis allée jusqu'aux remparts, me suis maudite, suis revenue sur mes pas, vers le local (qui était à mi-chemin, un peu avant les Carmes)

pour découvrir que la vierge et moi n'étions pas seules à avoir perdu la tête...
ai attendu devant local fermé

ai cherché un papier pour glisser un message, n'en ai pas trouvé, un numéro de téléphone, avais oublié carnet, ai attendu, il faisait humide
ai vu arriver un alter ego, convoqué également pour ce matin
avons attendu, il faisait humide, un nouvel alter ego, avons attendu, il faisait humide, 

jusqu'à ce que j'apprenne que la clé était déposée au bureau de tabac, en face, jusqu'à ce que je persuade un membre de l'équipe de nous accompagner, jusqu'à découvrir les papiers cherchés, ou plutôt leur photocopie, puisque finalement je ne serai qu'assistante et que l'original a dû être remis à l'assesseur en titre....
ai tenté de faire rire mes deux compagnons qui critiquaient un chouya l'organisation (franchement je préfère ça à trop d'ordre), ai hésité, pris la photocopie et signé un papier à toutes fins utiles, et m'en suis revenue... pas mécontente de découvrir que je serai vraisemblablement beaucoup plus libre que prévu dimanche.
Déjeuné, dormi, repassé un peu, ai regardé (si par hasard ne l'avez pas fait, je vous le conseille) la vidéo de la représentation, à Aix en Provence, d'Elektra de Richard Strauss dans la mise en scène de Chéreau
et j'ai profité de la sagesse caustique de Leopardi, en commençant à lire, dans la traduction d'Emmanuel Tugny,  Histoire du genre humain suivi d'autres oeuvrettes morales http://librairie.publie.net/fr/ebook/9782814507791/histoire-du-genre-humain-suivi-d-autres-oeuvrettes-morales

6 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

La pluie fera-t-elle des claquettes dans les urnes, ce soir à vingt heures ?

brigitte celerier a dit…

sais pas - j'ai un peu peur que ma journée soit un rien pénible du côté "camarades"
on verra bien
faut que je go là

Françoise Dumon a dit…

C'est bien aussi de prendre le temps de flâner, même s'il pleut... Pour ce qui est du trop d'organisation, je pense un peu comme toi.

brigitte celerier a dit…

oh suis de plus en plus douée pour la flânerie, moi

tanette2 a dit…

Ton parapluie à fleurs met un peu de gaîté dans le ciel d'Avignon. Bon courage pour ta "mission" du jour.

Gérard a dit…

plutôt favorable au PS en ce premier tour à Avignon.