jeudi, mars 27, 2014

Un jour, avec juste une petite goutte de «malheurs de Brigetoun» comme piment


après deux tentatives éphémères, se résigner à se réveiller
promener aspirateur, serpillère et chiffon – et s'en aller prendre produit commandé chez le pharmacien,
petit vent, juste de quoi se dire le veston est légèrement insuffisant, et lumière ricochant sur pierres, dessinant façades

passer place de l'horloge pour prendre le canard, et rendre hommage muet mais fervent au courage de cette femme qui se fait minérale

et en début d'après midi rejoindre le quartier de l'hôpital, des arbres, de la clinique Rhône Durance.

Attente avant scanner, dire «ça ne va pas» au second passage dans tunnel, parce que ma pauvre petite veine, fine et fuyarde comme elles le sont chez moi, avait rejeté la seringue et que le produit se déversait tranquillement sur mes cheveux et mon crâne,...
attendre après en tentant d'étancher, de démêler les mèches pégueuses.... de noyer le mal au coeur sous de l'eau.. me dire en voyant résultat que vais me faire engueuler, un peu, et que j'avais dû mal lire l'ordonnance

et repartir, en essayant de ne pas tripoter mes cheveux sans arrêt, 

retrouver la ville, mes jambes (un peu mollassonnes) le long de la rue Joseph Vernet,

et saluer l'oratoire qui m'est signe que suis presque dans l'antre.
Boire deux grandes tasses de thé, faire cuisine, vérifier que je pourrai à la rigueur ne pas aller aux Halles demain et me laver les cheveux, et en attendant les dissimuler sous un foulard
et m'en aller

vers la salle de fêtes de la mairie, le dernier meeting de Cécile Helle, avec André Castelli, pour affirmer qu'il faut y croire (espérer que les électeurs de Chaussegros l'UMP lui resteront tous fidèles – ce qui est certain pour une partie, pas pour tous, la grosse frange poreuse - et ne feront pas le choix du barrage à ces horribles gauchistes en votant FN)

être très très loin d'être seule, butter contre de hauts et larges dos, hésiter à entrer, rencontrer une amie avignonnaise, au bras en écharpe, qui venait de s'extirper

et puis peu à peu avec la ténacité de la petite vieille me faufiler jusqu'à la moitié de la salle à peu près, presque au niveau de la passion de mes amis atlantes et de l'indifférence de la femme nue, au bout de la haie des jeunes porteurs de drapeaux, arborés parce que la République ce n'est pas l'extrême droite

voir passer les deux têtes de liste, 

et puis ne plus rien voir, écouter les prises de parole plus ou moins inspirées des présidents du Conseil Général (ce n'est pas son fort) et de la région, le bon discours comme toujours d'André Castelli, précis de Cécile Helle (mais comme je commençais à sentir bouffées de chaleur, de nervosité, etc... me suis de nouveau faufilée, en sens contraire,

pour entendre la suite dans la petite foule du palier, et puis, sans attendre la fin, m'en suis allée.. 

essayer de récupérer photos, en garder trop, allonger jambes, rêver devant le pré-programme du festival trouvé dans mon courrier (en souriant en pensant à la proclamation-geste-forcément-sans-suite de Py), repérant les noms, les lieux... commencer à penser à préparer budget...

10 commentaires:

Francis Royo a dit…

Retrouvé avec bonheur mais hélas à vos dépens, le mot "pégueux" que j'entendais lors de mes vacances dans le midi.

chri a dit…

Ce qu'a dit Mr Py c'était un peu une gifle a un évanoui, non? Du genre: Les avignonnais, restez avec nous, bon sang!
Oui, restez! S'il vous plait

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

Ce dit volontiers d'un bavard :
« Qué pègue ! »

brigitte celerier a dit…

Michel - ça pourrait être pour moi.... au fond mérite mes cheveux
Francis et Chri merci

Dominique Hasselmann a dit…

Le FN en Avignon : ce serait Py que pendre.

Après le scanner des municipales, on y verra plus clair peut-être...

Prenez soin de vous !

brigitte celerier a dit…

engraisse doucement - et cheveux dépoissés.

tanette2 a dit…

Rêver au festival d'Avignon, voilà de quoi terminer agréablement une journée au début difficile...

arlettart a dit…

Tu es courageuse pégueuse ou pas
On appelait le "pégot" le cordonnier à Bandol
tu crois que c'est pour sa colle à chaussures?
à vérifier

brigitte celerier a dit…

peut être (je ne lui connaissais pas ce nom, et d'ailleurs au fond ne le connaissais pas non plus lui, mais c'est joli)

Gérard a dit…

Festival ou pas le deuxième tour le dira