mardi, avril 08, 2014

Comme qui dirait légèrement déceptif


Parce que j'avais découvert chez Françoise Dumon http://lesditsdefardoise.wordpress.com/2014/04/06/talents-de-femmes/ que se tient pour quelques jours au cloitre Saint Louis une exposition intitulée Talents de femmes organisée par le club Soroptimist (là... grimace, le mot est très laid, et n'ai pas une passion pour ce que je crois une version féminine du Rotary) et que j'avais petite curiosité m'en suis allée sous un ciel qui pleurait lentement le long de la rue Joseph Vernet

Je regardais cette banderole quand j'ai croisé trois charmantes
- oui Madame nous sommes en colère (avec grands sourires)
- c'est très bien... mais pourquoi ?

- Pour cela !
J'ai pensé, ben oui, mes belles, que pensent vos parents des impôts (surtout dans notre quartier).. et ça ne risque guère de s'arranger...

Le balcon que j'aime n'a encore qu'une esquisse de parure végétale pour mettre un peu de splendeur

face aux fesses d'immeubles de l'autre côté de la rue.


Les platanes de la cour n'ont encore qu'un frisson vert à tendre vers le gris du ciel.
Suis entrée dans la salle du rez-de-chaussée.

Ai été accueillie par le sourire familier des petites dames de Titou Vergier http://www.titouvergier.com (je finirai bien par m'offrir une petite lectrice pour me tenir compagnie)

et j'ai beaucoup aimé la douceur et la force des femmes à la toilette de Béatrice Lacombe et ses petites aquarelles fleuries

En continuant, j'ai entendu une conversation, peut être à moi destinée, entre la personne chargée de l'accueil et une artiste dont j'ignore le nom, relative à la protection qu'elle avait souscrit afin de pouvoir demander un droit d'auteur pour toute présentation de l'image d'une de ses oeuvres sur internet, quasi-interdiction qui, sur ma demande de précision, m'a été confirmée avec une fermeté agrémentée d'une idée de sourire poli, au moment où j'étais dans mon plaisir devant les toiles d'Elisabeth Diener... et tant pis, comme pour les premières oeuvres photographiées, je garde mon image même si elle est assez pauvre, puisque je n'ai pas trouvé de site la concernant, en espérant que mon interlocutrice n'était ni elle, ni Titou Vergier, ni Béatrice Lacombe...
J'en suis resté là bien entendu, et ma foi, j'ai admis cet avertissement comme un choix légitime de la part de cette artiste, mais j'étais un peu déçue...
J'ai surtout été gênée dans ma visite, ayant une vague impression d'être surveillée, et j'ai finalement écourté mes regards, presque jusqu'au coup d'oeil rapide, accéléré mes pas, sans pouvoir tenter (ni finalement avoir désir) de me créer une illusion de dialogue avec ce qui était là.
Bon j'avais bien aimé, sans enthousiasme (mais je regardais en parlant avec la dame) les grands panneaux d'Ingrid Christoffels pour l'énergie de son flamenco stylisé http://www.ingrid4art.com/ingrid4art.com/flamenco_paintings___tableaux_2012_et_2013.html
et davantage les oeuvres de Danielle Doucet, dont, me semble-t-il, la seconde de celles qu'elle exposait à Ventoux-Art http://www.ventoux-art.com/Danielle_DOUCET.html
Me suis pourtant, avant de partir, après un regard d'approbation distraite aux bronzes agités, tourmentés, de Madeleine Pons http://madeleine-pons.com, attardée devant les statuettes et statues de Marie-Laure Gérard-Becuwe, http://www.marielauregerardbecuwe.com/index.php/galerie-photos/bronze.html dont je connais une partie de l'oeuvre pour la voir - et l'aimer - dans la vitrine de Ducastel, Dégusté l'humour d'un minuscule bonhomme sur un petit escalier ouvert et pendu dans le vide, me suis postée surtout devant un grand cercle de métal, comme une roue sans jante, dans lequel se tiennent en équilibre une sphère et deux silhouettes, superbe d'équilibre, avec le petit plaisir supplémentaire du jeu d'ombres sur le mur, et devant la belle présence d'un homme drapé, au visage un peu rond comme celui d'un bouddha, ou plutôt d'un moine bouddhique.

Elle m'a remerciée d'être venue voir cette exposition de femmes, je me suis retenue de lui dire que cette spécificité n'était pas ce qui m'avait déterminée, et m'en suis allée.
Le soleil est revenu dans l'après-midi, j'ai écouté par acquit de conscience la déclaration de notre premier ministre, juste pour me confirmer que mon refus de la politique en marche, même en voulant croire à certains mots, ne saurait être remis en cause... ai écouté un peu ensuite Jacob pour le plaisir amer de penser que ça aurait pu être pire.
N'en parlerai pas davantage, le désespoir anticipé le soir des primaires, la crainte qui s'était re-affirmée lors de la première rencontre entre Hollande et Merkel, restent là.. et l'espérance d'une correction est devenue de plus en plus impossible.

10 commentaires:

Anonyme a dit…


Les fesses d'immeubles, c'est joli, ça! Et ces facétieuse petites femmes de Titou Vergier,trop mignonnes!
Voilà que je pars travailler avec le sourire...
Merci!

Dominique Hasselmann a dit…

D'une expo l'autre...

Oui, ce classement par "genre" (peintures de femmes, livres de femmes, sculptures de femmes... "travaux de femmes" !) est un peu lourdingue.

Bientôt, des catégories par ordre alphabétique, par origines, par âge, par niveau d'études ?

L'essentiel est l'œuvre, à la limite on ne devrait pas savoir de qui elle provient (et ça éviterait les problèmes de droits d'auteurs !)

jeandler a dit…

Ah, Jacob ! Triste image d'une droite dont on disait au siècle dernier qu'elle était la plus bête du Monde.

brigitte celerier a dit…

Dominique clap - clap - scalp
(ceci dit leur enlever leurs enfants ? on peu pas non plus)

tanette2 a dit…

Je ne me lasse pas de voir les glycines fleuries et les tonnelles qu'elles savent si bien recouvrir, de vraies merveilles en ce moment.
Très drôles et "bien en chair" les petites dames de Titou Vergier.
Quand à la politique, je ne suis pas loin d'avoir la même conclusion que la tienne....

joye a dit…

Ah, ah, le grand plaisir de ces "artistes" qui croient que tout le monde va "voler" leur oeuvre et qui n'ont jamais compris que le secret du succès n'est pas exclusivité mais plutôt le fait d'être reconnu.

Le bel exploit, brige, j'adore.

Et combien pour cette fenêtre avec les fleurs (et leur parfum) juste à côté ?

Gérard a dit…

Le collège était fermé,..moi aussi.. réouverture. Merci pour ta fidélité hors norme ! ! !

DUSZKA a dit…

La protection des oeuvres... vaste sujet entre ne pas être piraté et être reconnu. J'ai eu aussi des remarques acerbes. Ai dû effacer les photos bien anodines prises en plein oeuvres étant exposées à la vente dans les rues du beau village de Gargilesse. Belle promenade à tes côtés. Comme d'habitude, ton regard est poétique.

brigitte celerier a dit…

merci à toi
d'autre part, c'est leur droit (et je dois reconnaître que c'était aimablement dit)

titou vergier a dit…

Bonjour,
tombée sur votre blog par hasard, pas d'inquiétude, je ne suis pas hyper regardante sur le droit à l'image!
Bonne continuation
titou vergier