lundi, avril 28, 2014

Le pont


moi le pont tu ne me connais pas
moi le pont je ne me souviens pas de tout – je crois que certains pensent qu'il y a eu un pont au temps des romains, pont mort, oublié, dont les restes de piles ont servi d'appui à mes créateurs, mais je ne crois pas, la ville du vent aurait alors été plus importante qu'Arles
moi le pont on dit que vers 1100 il y avait une pile, celle qui portait la chapelle et des passerelles de bois
moi le pont je sais qu'en 1186 j'étais là, fier de servir et d'encaisser les droits de passage, je sais aussi que c'est un peu avant qu'on a commencé à parler de Bénézet qui m'a fait construire en 1177, avec les fonds recueillis par les frères laïcs qui se vouèrent à cette oeuvre, mais que c'est des siècles plus tard que Monsieur de Chateaubriand a pensé qu'il, Bénézet, était à l'origine de l'oeuvre des frères pontifs dans toute la France et jusqu'en Belgique... enfin en gros, suis un peu beaucoup cassé et bien chenu, je mélange peut être un peu le vrai, les légendes, les lectures effleurées par Brigetoun...
moi le pont je sais aussi que les pieux donateurs se sont lassés, se sont faits rares et que la ville a pris la relève, comme le pouvait

mais moi le pont je sais que j'étais beaucoup plus grand que tu ne le crois Brigetoun, que je mesurais neuf cent mètres, que j'avais 22 arches, que j'enjambais les îles, parce qu'alors elles étaient nombreuses les îles qui ont donné la Barthelasse et l'île Piot, et que c'est tel que je fus reconstruit, au dessus des restes de l'ancien en 1226 après le siège d'Avignon par le roi Louis VIII, maudit soit-il.

que c'est alors qu'une autre chapelle, humble, dédiée à Saint Nicolas le patron des nautoniers, fut construite, sur mon nouveau tablier, au dessus de l'ancienne celle qui abritait les restes de Bénézet avant que, par sécurité, bien plus tard, ils soient transportés aux Célestins.

moi le pont je sais qu'on ne dansait pas sur moi, mais qu'on y glissait au risque de tomber dans le fleuve jusqu'à ce que mon tablier soit pavé sur l'ordre du cardinal de Blandiac, mais que l'on dansait sous moi, dans un cabaret d'une des îles

mais moi le pont je sais que la Ville ayant perdu ses papes, ses cardinaux et sa richesse n'a pu longtemps m'entretenir et que
en 1603 les crues ont emporté une arche
en 1605 elles en détruisirent trois

qui furent reconstruites, même si la peste retarda les travaux qui ne furent achevés qu'en 1633, deux mois avant que les habitants regardent navrés le Rhône emporter deux nouvelles arches.
Quant aux arches surplombant les îles et celles rejoignant les terres de France j'ai oublié les dates de leur disparition.

Mais moi le pont suis très fier, parce que si, bien entendu, on en a construit deux nouveaux, jeunes et solides, cela n'empêche pas que je reste Le pont d'Avignon.
Images anciennes : extrait du plan au personnages du 16° siècle – et dessin par le père Martelange 17° siècle

Et Brigetoun en ce dimanche a vaqué, a vécu hors internet, et exploité presto, presque telles que, des notes prises à l'origine pour le vase communicant d'avril sur le temps qui modifie les regards et les lieux.

14 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Que serait ce pont s'il n'était coupé et ainsi ouvert ?

brigitte celerier a dit…

rien qu'un vieux pont et certainement pas Le pont

arlettart a dit…

Tu as bien vaqué... en nous rappelant cette belle histoire en compensation

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

22 arches jusqu'à la tour Philippe le Bel, aller-retour, ce serait une belle balade !

ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ a dit…

Téléscopage : je publie une photo du pont moi aussi aujourd'hui...

jeandler a dit…

Belle histoire que celle de ce pont, partagé entre États du Pape et Royaume de France. Ce dernier, assez pingre, n'a pas reconstruit sa part.

brigitte celerier a dit…

et je me suis endormie en rêvant au club nautique

Françoise Dumon a dit…

Il peu être fier, le pont, d'être aussi beau que célèbre.

Christine Simon a dit…

souvenir de mes huit ans,
que je le cherchais ce pont,

qu'en m'apercevant de l'arnaque, de ce scandale, compris soudain que la chanson était pure littérature,

qu'en le chantant, le pont, en voiture, nous tous dans l'auto, nous lui donnions sa permanence virtuelle.

brigitte celerier a dit…

pauvre cher pont, une arnaque ?
on y danse (groupes folklo) au 14 juillet

Christine Simon a dit…

l'arnaque, l'avais tant rêvé entier, poème de l'enfance. Sorry :-)

brigitte celerier a dit…

pardon j'ai compris et approuvé juste après mon commentaire... lente suis !

joye a dit…

Ça me chante, ta petite musique, je ne fais même pas le pont !

Gérard a dit…

y danser avec prudence sue ce ponf