lundi, avril 21, 2014

piteux pantoum pour jour de paix


Cloches balancées, hors des pierres,
dans l'air cristallin, les tintements.
Debout dans la cour, ciel sur pierres,
je reste sans pensées, si calmement.

Dans l'air cristallin, les tintements
entrent dans les chambres, dans le palais.
Je reste sans pensée, si calmement,
usée comme carreaux vieux au palais.

Entrent dans les chambres, dans le palais,
échos de la paix bleue au ciel rêvée.
Usée comme carreaux vieux au palais
cherche traces d'élans, si j'en avais.

11 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Ce genre de haiku tient debout, comme une trace de passage...

brigitte celerier a dit…

merci pour votre fidélité et votre indulgence

mémoire du silence a dit…

Quel bel exercice, bravo
alors, je me prends au jeu :

Echos de la paix bleue au ciel rêvée
le monde bat son plein dans un tesson
Cherche trace d’élans, si j’en avais
je fleurirais mon cœur de déraison

arlettart a dit…

Si beaux pavés ...qui ont une âme et les lire donne l'élan patiné qu'il faut

brigitte celerier a dit…

bravo et merci (et respecté le 6 - 4 presque tout du long)

Christine Zottele a dit…

que je les aime vos pantoum, et celui-là en particulier, et cette musique et ces pavés...

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

Ne sont-ils pas plus beaux, ces carreaux travaillés par le temps, que ces carrelages neufs et vides d'histoire ?

jeandler a dit…

Inspirée, debout dans la cour, tout ouïe.

Claudine a dit…

plaisir de vous lire tous les jours
pour les petits riens et les moins riens
merci

Gérard a dit…

Très beau..contrairement à mes commentaires qui ne riment à rien.

brigitte celerier a dit…

Gérerd j'aime tes commentaires pour ton humour !