jeudi, juin 05, 2014

Jour blanc


jour de traces de pluie sur le sol de la cour, si brèves ondées que ne les ai pas vues
jour où me sens comme brindilles humbles

jour de colère larvée de carcasse, de colère larvée de Brigetoun devant les hommes et le monde, de tendresse détachée pour les hommes et le monde, d'intérêt faible pour lecture sur internet, d'intérêt navré pour carcasse et politique

et le ciel qui peu à peu se lève, laisse passer des trous de bleu, se fait par moment couverte mince jusqu'à laisser transparaître l'azur filtré
grande envie renaissant de disparaître d'internet... laisser passer

10 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

... petite déprime passagère : les "Vases communicants" vous attendent demain !

brigitte celerier a dit…

pour le moment c'est moi qui attend - en confiance - le vase de mon co-vaseur (que c'est laid !)

chri a dit…

Oui, oui, laissez la passer cette non-envie...

Julien Boutonnier a dit…

Chère co-vasante, ça arrive dans la matinée! Pas d'inquiétude!

brigitte celerier a dit…

merci - je savais bien que j'étais en attente confiante - bon vais faire marché

jeandler a dit…

Le ciel nous tombait sur la tête.

tanette2 a dit…

En allant au marché je suis sure que tu vas rencontrer quelque chose à photographier, pour notre plus grand plaisir. Belle journée à toi.

Marie-christine Grimard a dit…

Quand le ciel est blanc tâché de bleu et qu'il nous entraîne dans sa non-envie, il faut demander aux brindilles de la cour, où elles puisent leur énergie et suivre leur recette. Et l'envie reviendra...

arlettart a dit…

Jour blanc pour fleur bleue?!!!

joye a dit…

Tant de jolies couleurs dans ton jour blanc, brige !