mardi, septembre 23, 2014

Virage en douceur


La porte de ma banque étant réparée, et ma banquière étant enfin disponible, assise dans son bureau de nouveau accessible, suis allée ce matin racheter un bon bout de mon assurance pour que mes plaisirs de l'hiver n'aient pas de limites financières trop gênantes... continuer à multiplier les projets en attendant puisque compte tenu des retards n'en profiterai qu'à la fin du mois prochain.. et calculer qu'en continuant à ce rythme il me reste environ six ans de vie aisée, ce qui est toujours ça…
Sur la ville c'était lumière 
et bon gros vent par rafales, mais nous ne dépassons plus 25°, frissonne mais pas suffisamment pour me décider à renoncer aux robes, vestes, tee-shirts d'été.
Dormi, dormi, dormi, soigné un poco carcasse, et me suis installée devant un fichier en pensant vase communicant d'octobre et ce ne fut qu'un débordement d'idées, de notations, de sensations retrouvées, sans hiérarchie, cadre, ossature. Tenté une accroche, grimacé, tout jeté
et me suis intéressée aux biens et aux manques de la future loi sur la transition énergétique (pour les manques je savais à peu près) en écoutant une partie des auditions par l'Assemblée Nationale, et la réunion en juillet au CESE pour vote de l'avis sur ladite loi, tout en avançant fictivement dans l'austérité de la nouvelle Castille.
Rien de plus... rien qui présente de l'intérêt.. désolée suis pour les aimables passants.

10 commentaires:

tanette2 a dit…

Plaisir de venir te saluer en ce tout début d'automne.

brigitte celerier a dit…

plaisir de ta présence
mais début d'automne veux pas connaître

arlettart a dit…

Une si belle Entrée... (de la banquière) pour assurance de douces soirées
en bon augure contre les grisailles menaçantes

Dominique Hasselmann a dit…

Un tout petit carré de ciel avignonnais est quand même là (sinon, il nous manquerait) !

brigitte celerier a dit…

et à moi donc !

jeandler a dit…

J'aimerais fuir l'automne de nos passions. La vie est belle, la banque ouverte, visitons le patrimoine.

Marie-christine Grimard a dit…

J'aime la lumière de vos rues pavées !

brigitte celerier a dit…

c'est le matin avant 10 heures et demi quand le soleil est bas et de face - éblouissement (j'aime bien, du coup je ressasse)

Gérard a dit…

...un des passants aimablmes

brigitte celerier a dit…

merci à lui