dimanche, octobre 12, 2014

Doux ciel capricieux - science et éthique


De l'autre côté du fleuve, et au nord, sont départements en alerte, mais grâce à nos frontières, si on ne tient pas compte d'un déversement bien dru, brutal, du ciel au mitan de la nuit, tout dret dans ma cour et alentours, nous avions au matin flaques anciennes, bois humides
mais ciel bleu très tendre ou gris moutonneux sans menace urgente selon le côté où nous regardions..
M'en suis allée à la gare imprimer mes billets, regardant le plafond pendant que la machine s'exécutait, admirant l'harmonie délicate entre ses tons et ceux d'un arbre au panache léger bordant la place.
Sur le chemin du retour, flânant, ai trouvé un grand gilet tout doux, et abordable, pour m'y blottir dans ma solitude lozérienne - oublier le manteau tout tout doux, mouton innocent, si innocent que presque miteux, dont le prix ahurissant me tournait dans le crâne, amusant d'être aussi grotesque…
ai regardé un moment les petites manipulations des scientifiques en fête sur la place, et suis rentrée dans l'antre, avec le très vague projet de sortir dans l'après midi pour voir l'une des expositions du Parcours de l'art qui vient de débuter... projet qui a sombré dans une sieste, un poco de ménage, un peu de repassage, un peu de compassion pour carcasse dolente, un peu de tri… 
Et pour renouer avec la science, mais aussi avec ses dévoiements possibles, suis allée voir au Théâtre des Halles, une pièce qui es tu Fritz Haber ? dont je crois avoir lu une critique enthousiaste il y a quelque temps sur le Canard enchaîné (ben oui) 
Affrontement, le soir de la première utilisation, pendant la guerre, celle d'il y a cent ans, des gaz chlorés, entre Fritz Haber, qui les a mis au point, et sa femme, chimiste comme lui, son ancienne collaboratrice enthousiaste, qui ne supporte pas de le voir sacrifier tout sens moral à son ambition, baptisée avec plus ou moins de justesse, goût pour la science.

Pièce toujours passionnante, même si centrée avec rigueur sur ce débat fermement mené, sobriété de la mise en scène, puissance de Xavier Lemaire face à une Isabelle Andréani vibrante…

Et si au début lui est tout inconscience orgueilleuse, quasi soudard, brutalité et elle humanité, un peu ingrate physiquement, usée, et d'autant plus forte, il devient, décapé par ses reproches, sympathique par sa foi en la science, son refus d'une religiosité, et elle, par moment semble aigrie, un peu, folle un peu davantage, avant que cela s'inverse pour redevenir vrai... le mélange d'humanité et de conviction faisant la force de leur dialogue
passent le patriotisme et les droits de l'homme, Dieu qui doit guider, et Dieu ne justifiant rien, les guerres nées des religions, la science qui n'est rien sans l'éthique, le bonheur de la recherche, leur ami Einstein, le vrai et le faux primant le bien et le mal, la science création des hommes, qui doit être vertueuse puisqu'ils ne valent rien s'ils ne le sont pas, la femme humiliée, passée de chimiste à traductrice, faire valoir, esclave domestique, le progrès, et le poison du progrès, etc..
et ne rode jamais l'ennui.
une vidéo pour avoir aperçus du thème, des acteurs...
Science sans conscience... éternel thème.
retour dans la douceur de la nuit, en longeant des tablées de gens en bras de chemise et robes légères

7 commentaires:

jeandler a dit…

Heureux pays où les alertes, rouges ou oranges, n'ont pas eu prise grâce à ses murailles. La guerre n'aura pas lieu.

brigitte celerier a dit…

croisons les doigts.. pas le dernier orage de l'année

Dominique Hasselmann a dit…

Quand je vais à Ypres, en Belgique (à une trentaine de km de Bailleul, dans le Nord), je pense toujours au "gaz moutarde", l'ypérite...

J'ai vu qu'Uzès avait reçu les flots... mais la tour Fenestrelle est toujours debout.

brigitte celerier a dit…

il est aussi le créateur du délicieux truc d'épandage dessiné aux cultures et si efficacement utilisé par les américains au Vietnam e syklon
et prix Nobel

arlettart a dit…

Grandeur et servitude...du génie humain
Doux tout doux comme l'idée du voyage aussi fort que le voyage lui - même
Orages fracassants sur la mer ce jour

tanette2 a dit…

Il paraît que notre département est aussi en vigilance orange depuis ce matin mais pour l'instant, il ne pleut pas encore...Pensées pour l'Hérault et le Gard.

Gérard a dit…

..un peu de tout remplit la journée