mercredi, novembre 26, 2014

ciel en chute

La vieille veille grinçait un peu, et la perte du i n'arrangeait rien
mais le son est dynamique et guilleret, m'a jeté dehors
puisque le ciel pour en instant reprenait son souffle et ne s’escrimait plus à sangloter pour nous rejoindre

ai salué ma faute de frappe d'hier sur l'apostrophe de la vieille maison, ai salué la pluie, ai pataugé.
La vieille ville était humide
les pierres avalaient l'eau jusqu'à en verdir
et mes bottes clapotaient
mais j'étais en manque d'ampoules de réserve et de gélules qui digèrent pour moi.
Les feuilles étaient rousses,
rares, elles songeaient au dessus de buisson de fleurs chaleureuses d'autres temps, autres lieux
et le tronc des platanes rêvait de verdure. 

6 commentaires:

arlettart a dit…

Art dans la Ville au gré des saisons
Oeuvres en perdition

brigitte celerier a dit…

et nature se régénère
(mais j'en grimace)

Dominique Hasselmann a dit…

Il faut voir dans cet effeuillage l'amorce ou l'annonce du renouveau...

Mais on nous offre ainsi, en attendant, de jolies photos !

brigitte celerier a dit…

si seulement il n'y avait pas ce bruit incessant, doux ou violent selon les heures, de l'eau dégringolant dans la descente dans l'angle de ma chambre, qui semble être dans la chambre
plaisant un temps, lassant à la longue, et qui me rend pénible l'idée de sortir et de risquer d'imbiber ma superbe coiffure :))

jeandler a dit…

La vieille veille merveille.

Gérard a dit…

Très beaux ces pavés ronds brillants