mardi, décembre 09, 2014

Du ciel, des arbres, et pas de scanner

Comme j'ai perdu l'habitude de lancer carcasse hors de l'antre à des heures où autrefois je travaillais depuis beau temps
comme me laisse impressionner par doctes gens qui disent que petits vieux doivent se prémunir contre le froid (en oubliant tous ceux qui ne le peuvent pas)
comme les horaires de bus ne convenaient que très approximativement et que n'avais pas envie de marcher jusqu'à la grande poste pour le trouver
comme je suis en colère contre l'examen à mon avis inutile qui m'était demandé

Brigetoun, bien emmitouflée, à peu près réveillée, a appelé un taxi, est sortie de l'antre, dans le ravissement de la lumière, a attendu longuement..
pour arriver un peu avant l'heure devant la jeune femme qui lui avait fixé le rendez-vous et découvrir que la date prévue était le 5 et non le 8 (à vrai dire en se relisant ladite jeune femme faisait la même erreur, il a fallu vérifier sur le planning) et surtout qu'il aurait été bon de lire la convocation pour constater que, ben c'était pas là qu'il fallait aller...
sortir
des arbres, de la lumière dans le ciel... attente d'un bus qui n'est pas venu à l'heure indiquée sur le panneau
rejoindre les deux eaux,
du ciel, des arbres, de la lumière... attente d'un autre bus qui est venu
rouler
lumière filtrée par les nuages qui s'unissent, vieux troncs emmitouflés
et remparts
retrouver la lumière dans les arbres au dessus de mes pas entrant dans la ville
couverte blanche sur mon platane (enfin le beau platane voisin de l'antre)
et le podium destiné à une série d'émissions matinales, bien tranquilles, peu bruyantes... m'amuser des petites mains chargées d'alimenter les interviewers, invités, techniciens et autres en croissants et autres..
et passer le jour (admirer le travail d'Angèle Casanova sur les vases, le soin de ses analyses http://www.gadinsetboutsdeficelles.net/spip.php?article263 – tenter d'être indulgente envers moi, de me borner à constater nos différences)
quand je pense que pendant plus de quarante ans j'ai géré les biens des autres.. je me dis qu'eux et moi nous avons eu de la chance.


8 commentaires:

Gérard a dit…

attendre le bus près de l'arbre sans prendre racine

brigitte celerier a dit…

passer d'un pied sur l'autre, en plus ça réchauffe

Marie-christine Grimard a dit…

Merci du partage de votre ciel bleu, absent de Lyon depuis un mois, cela fait un bien fou !

arlettart a dit…

Dans tes aventure médico-locomotivement -pédestre et dérivants ,
" se mettre en état de lire" ( d'Angèle Casanova) est si juste

Marie-christine Grimard a dit…

Merci pour ce coin de ciel bleu, absent de Lyon depuis un mois, et qui fait du bien pour commencer la journée !

brigitte celerier a dit…

un moment à saisir ce bleu

Dominique Hasselmann a dit…

Les dates font rêver de dattes...

brigitte celerier a dit…

les aime guère, mais devrais pour m'aider à prendre poids