jeudi, janvier 29, 2015

Dans la ville


suis sortie face à une aile froissée par un souvenir de petit vent, effrangée dans son élan,
suis partie sur mon chemin ordinaire dans un air redevenu presque calme, avec de simples petites foucades du vent en débouchant sur les places, en tournant dans rues étroites
ai chargé bien classiquement mon couffin de bintjes, de légumes hivernaux, d'un bout de tomme de Lavaur, de petites crevettes crues (en en croquant deux ou trois au passage) et d'une petite daurade
me suis offert, je ne sais en quel honneur, une petite boite des chocolats d'une jeune artisane, sous prétexte de les tester... et j'ai refusé d'en céder au petit mannequin qui y perdait ses yeux
Dom Pasquale ou plutôt sa maison et son jardin nous quittaient.
Suis rentrée, ai regardé mes photos, me suis souvenue de ce que pensais, ou non, en les prenant
ai mis des mots dessous au petit bonheur, parce que Paumée mon cher il me vient grand désintérêt pour toi, me détache comme me suis détachée des vases communicants, comme me détache un peu de la lecture des blogs.
Enfin pour eux me reste l'idée que je tomberai, immanquablement, parmi des oui bon, des intérêts forcés, des plaisirs réels, toujours plusieurs textes ou images que voudrais garder en mémoire comme aujourd'hui la belle, l'importante réflexion de Jérémy Liron http://www.lironjeremy.com/lespasperdus/chaque-oeuvre-est-engagee-dans-sa-forme/

11 commentaires:

annajouy a dit…

ne sais que dire..bien que comprenne que ce soit un peu la corvée , ces lectures de blogs

alors que votre cheminement au cours des jours porte en lui un intérêt que vous ne maitriserez jamais

brigitte celerier a dit…

euh.. en dehors de un de passé, les trouve pas excessivement passionnants
mais merci

annajouy a dit…

peut-être simplement ne plus se sentir contrainte et ne plus s'y rendre...tant pis pour moi ou d'autres. il n'y a rien à devoir

brigitte celerier a dit…

maus non il y a toujours de belles découvertes (chez vous entre autres)
c'est surtout Paumée qui me rase un tantinet

Dominique Hasselmann a dit…

On peut débloguer à tout instant : certaines situations montrent la relativité de tout ça...

brigitte celerier a dit…

la force de l'habitude..

Marie-christine Grimard a dit…

Pensez aux lecteurs à qui le ciel d'Avignon et vos pas manqueraient....

jeandler a dit…

Poser des mots sur une image ou poser des images sur des mots, bel exercice comme un regard sur le monde.

Claudine a dit…

Ne me lasserai jamais de Paumée, de ses pierres et lumières.
Puisse la force de l'habitude vous porter bien longtemps

brigitte celerier a dit…

c'est peut être un effet du changement de saison (même si n'est pas vraiment sensible encore la venue du printemps)

arlettart a dit…

Jérémy Liron porte un regard et va jusqu'au bout des choses il creuse et scrute au plus profond , ce jeune homme est étonnant
Tes ciels chaque jour sont indispensable au bon équilibre de tes amis